Buzz
Partager sur

On n’est pas couché: Yann Moix annonce les raisons de son départ « l’exercice est passionnant mais épuisant » !

On n’est pas couché: Yann Moix annonce les raisons de son départ « l’exercice est passionnant mais épuisant » !
Partager
Partager sur Facebook

Yann Moix a expliqué les raisons de son départ de l’émission On n’est pas couché. Le journalise a fait plusieurs confidences !

Dans une interview accordée à Paris Match, le journaliste Yann Moix a expliqué les raisons de son départ du programme On n’est pas couché. En effet, après trois saisons, le journaliste a décidé de tirer sa révérence. Il ne renouvellera donc pas son contrat auprès du présentateur Laurent Ruquier ! Les fans de l’émission se questionnent déjà sur son ou sa remplaçante pour la prochaine saison.

Yann Moix dévoile les raisons de son départ de On n’est pas couché

Le journaliste Yann Moix a expliqué à Paris Match les raisons de son départ de On n’est pas Couché. Il a expliqué : « C’est une sorte de contrat tacite. Tous les chroniqueurs qui ont succédé à Zemmour et Naulleau sont restés trois ans. La production m’a dit qu’une quatrième année était envisageable, mais je pense que c’est bien ainsi. L’exercice est passionnant mais épuisant. »

Laurent Ruquier avait quant à lui confié à Télé 2 Semaines : « C’est la règle des trois saisons. Je n’avais pas envie de revenir dessus. Yann a d’autres projets. Notamment cinématographique. De toute façon, il ne serait pas resté ».

Pour le remplacer, Yann Moix a pensé à « Raphaël Enthoven aurait été un bon candidat. J’ai soufflé un autre nom à Ruquier. Il l’avait aussi en tête. Au final, c’est lui qui décide et qui l’annoncera ». Laurent Ruquier avait expliqué : « Un homme, une femme… Ce qui est sûr c’est que ce ne sera pas un ou une journaliste. Il s’agira de quelqu’un qui affirme ses opinions. Plus qu’un journaliste à qui l’on demande une certaine neutralité ».

Yann Moix dévoile son pire souvenir

L’homme a aussi confié : « Je regrette d’avoir été violent, de manière disproportionnée, envers Jean-François Copé, qui était alors un homme à terre. Et cette conversation horrible dans laquelle je me suis heurté à Patrick Sébastien, qui défendait la violence sur les enfants avec des arguments de beauf. Ce type est l’un des moins intelligents que j’aie croisés. »