fbpx
Buzz
Partager sur

« Les Guignols » vont-ils disparaître?

« Les Guignols » vont-ils disparaître?

Le patron du groupe Vivendi, Vincent Bolloré, envisagerait de suspendre les Guignols de la chaîne cryptée.

Après 28 ans de bons et loyaux services, les marionnettes cultes de Canal plus pourraient prendre leur retraite, selon le site de Puremedias.

« Les Guignols »: en danger après la mort d’Alain de Greef

Si la stratégie de Vincent Bolloré n’a rien à voir avec le décès hier soir d’Alain de Greef (68 ans, ancien directeur de la chaîne de 1986 à 2000), l’homme fort de Vivendi, propriétaire de Canal plus, envisage de mettre fin aux Guignols pour la rentrée. Bolloré prend contact depuis plusieurs jours avec les producteurs et animateurs de Canal plus. Il se penche notamment sur la grille des programmes de la rentrée. Créés en 1988 à l’initiative d’Alain de Greef, les Guignols contribuent à hauteur de 30% à l’audience de l’émission Le Grand journal.

Un séisme sur la chaîne cryptée?

Pour les salariés de Canal, la disparition des Guignols serait perçue comme une incompréhension. « C’est clairement une reprise en main de l’actionnaire » déclare l’un d’eux. « Je n’ose y croire. Mais on ne sait pas jusqu’où sont capables d’aller ce genre de grands capitalistes. » commente un cadre.La diffusion de l’émission en format hebdomadaire pourrait advenir. Il faut dire que Bolloré n’est pas un fan de « l’esprit Canal », empli de dérision. « Je préfère quand ils sont dans la découverte, plutôt que dans la dérision. Parfois, c’est un peu blessant ou désagréable. Se moquer de soi-même, c’est bien. Se moquer des autres, ça l’est moins. »

Avec 300 personnes travaillant pour les Guignols, la fin du programme pourrait faire de la casse sociale. « Il n’y a rien de rationnel avec ce type de personnage. C’est plus facile de construire des ports en Afrique que de fabriquer une grille de programmes. » Lâche un salarié. Au moment où Canal revoit entièrement sa formule pour la rentrée du Grand Journal, la disparition des Guignols constituerait un gros risque, à a fois en terme d’audience et de notoriété.

Photo DR