fbpx
Buzz
Partager sur

Le Petit Journal: Alain Finkielkraut stressé, il se lâche avant de rentrer à l’académie française !

Le Petit Journal: Alain Finkielkraut stressé, il se lâche avant de rentrer à l’académie française !

Une équipe du Petit Journal a suivi l'essayiste Alain Finkielkraut , avant son discours devant l'Académie française. On a pu voir qu'il était plutôt stressé !

Hier soir, Le Petit Journal de Canal+ a dévoilé les dernières phrases d’Alain Finkielkraut avant d’adresser un discours devant l’Académie française, qui fait suite à sa récente entrée dans l’institution vieille de plusieurs siècles. Et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il avait le trac.

Alain Finkielkraut en état de stress, « Putain, je vais faire dans mon froc moi »

D’habitude bon client sur les plateaux de télévision, l’écrivain n’a pas pu retenir son stress avec quelques phrases qui traduisaient de son inconfort à être présent. Tout d’abord avec un « C’est un peur impressionnant quand même tout ça ! », puis ensuite des propos un peu moins controlés. Le philosophe n’a pas su gérer son stress, il a commencé par balancer « La torture, c’est l’attente… » avant d’ajouter « J’ai envie de rentrer chez moi ! ». Quelques instants plus tard, Alain Finkielkraut a confié « Quelqu’un peut m’exfiltrer ? » avant de conclure par « Ce moment est affreux ! ».

Tout ceci avant le fameux moment de poésie du nouvel académicien. « Putain, je vais faire dans mon froc moi » révélé par les caméras du Petit Journal de Yann Barthès. Celui-ci qui n’a pas attendu pour montrer une séquence où son reporter donne la parole à des académiciens qui affirment que leur fonction est de « maintenir la langue française ».

Vexé, Alain Finkielkraut clashe Le Petit Journal

Yann Barthès ne s’est donc pas fait prier pour ironiser : « La beauté mélodique de la langue française ! » en ciblant les propos de l’essayiste Alain Finielkraut. Le Petit Journal s’en est aussi pris au côté « C’était mieux avant » de l’essayiste qui a fait polémique plus d’une fois ces derniers temps.

En effet Alain Finkielkraut s’en est pris à la culture d’aujourd’hui en prenant en exemple Quentin Tarantino. Les ironies de Yann Barthès ont donc continué jusqu’à la fin du reportage puisque Alain Finkielkraut s’en est pris au Petit Journal directement à la caméra. Le philopsophe excédé a fini par balancer « C’est Le Petit Journal ? Je vous réponds pas à vous. C’est le ricanement perpétuel… » !

Le Petit Journal du 02/02 – Avec Ta-Henisi Coates