fbpx
Buzz
Partager sur

Attentats de Paris: le CSA demande la discrétion des médias pendant l’enquête !

Attentats de Paris: le CSA demande la discrétion des médias pendant l’enquête !

Suite aux attentats de Paris, le CSA demande aux médias de rester discret pendant le déroulement de l'enquête de police

Ce vendredi soir, Paris a été frappée par une série d’attentas meurtriers. Au total, 129 personnes ont perdu la vie. Suite à cet événement tragique, les médias se sont emparés de l’information afin de retransmettre la chronologie des évènements à temps réel et d’informer les citoyens. Mais, le CSA a décidé d’intervenir pour demander aux médias la plus grande discrétion afin de favoriser le bon déroulement de l’enquête qui avance à grands pas.

Le CSA met en garde les médias sur les Attentats de Paris

Toutefois, le CSA a tenu hier à mettre en garde les médias a travers un communiqué. En effet, le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel appelle les médias à « ne donner aucune indication susceptible de mettre en cause le déroulement des enquêtes en cours » suite aux attaques perpétrées vendredi 13 novembre à Paris.

« Le Conseil supérieur de l’audiovisuel attire très vivement l’attention des rédactions des télévisions et des radios sur la nécessité de ne donner aucune indication susceptible de mettre en cause le bon déroulement des enquêtes en cours dans les circonstances tragiques que vit notre pays » explique le communiqué de l’institution.

L’exemple de l’Hyper Casher

Après les attentats de Charlie Hebdo et de l’Hyper Cacher en janvier dernier, plusieurs chaînes de télévision avaient été accusées d’avoir divulgué des informations qui auraient pu entraver les actions en cours. La diffusion en direct de l’assaut de l’Hyper Cacher avait notamment été pointée du doigt. L’institution avait sévi en février en adressant des « mises en demeure » à plusieurs médias. A l’époque, ces médias avaient réagi et estimaient notamment que l’information était menacée par ces sanctions.

Cette fois-ci, le CSA demande aux médias la plus grande prudence… Et les chaînes de télévisions on respectés cette demande ce vendredi 13 novembre. Ainsi, pendant la prise d’otage au Bataclan, les médias ont divulgué peu d’informations. Ils vont donc respecté la mise en garde du conseil supérieur de l’audiovisuel pour les besoins de l’enquête policière.

Crédit Photo : la-croix.com