fbpx
Buzz
Partager sur

5 à 7: Michel Boujenah s’emporte contre Jérémy Ferrari, « ça m’a cassé les c… » !

5 à 7: Michel Boujenah s’emporte contre Jérémy Ferrari, « ça m’a cassé les c… » !

L'humoriste n'a pas apprécié l'attitude de son confrère face au ministre Patrick Kanner. Il l'a fait savoir dans 5 à 7 !

Vendredi soir dans 5 à 7, Michel Boujenah a poussé un coup de gueule contre Jérémy Ferrari. L’humoriste n’a pas mâché ses mots.

Jérémy Ferrari s’emporte contre Patrick Kanner

Il y a quelques semaines déjà, Jérémy Ferrari s’était illustré en s’en prenant à Manuel Valls dans ONPC. Il avait poussé un coup de gueule contre le Premier ministre concernant la politique française à l’étranger. Cet échange musclé entre les deux hommes avait fait le buzz. La semaine dernière, l’homme qui fait de l’humour noir s’est une nouvelle fois confronté à un ministre dans le Grand Journal. C’était le ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, Patrick Kanner. Jérémy Ferrari déclarait: « Votre métier, c’est d’être nos employés ». Il avait par la suite balancé au politique des propos forts en adoptant un comportement qui était à la limite de l’insolence. L’humoriste a notamment déclaré à son interlocuteur, sur un ton moqueur: « Quand on se fait jeter des œufs dans la gueule, c’est qu’a priori les gens ne sont pas super contents ».

Michel Boujenah pousse un coup de gueule dans 5 à 7

Invité vendredi dernier sur le plateau de 5 à 7, Michel Boujenah n’a pas apprécié le comportement de Jérémy Ferrari envers le ministre. Il l’a fait savoir très rapidement sans tabou: « Moi j’ai vu un truc à la télé, ça m’a cassé les c…, c’est le petit comique… Jérémy Ferrari ? Il y en a un qui s’appelle comme ça ? » a-t-il commencé par dire. L’humoriste s’est ensuite lâché sur son confrère, l’accusant d’avoir manqué de respect à son interlocuteur: « Je l’ai vu se faire un ministre encore avec une violence, une impertinence et un manque de respect fascinant. Que le ministre soit bon ou mauvais, le problème n’est pas là. Qu’on se comporte comme ça, avec cette violence et ce mépris, ça m’a sidéré ! ». Arthur, visiblement gêné par la situation, a tenté tant bien que mal à changer de sujet.