fbpx
Buzz
Partager sur

Tinder: Un ancien policier utilise les bases de données de la police pour draguer !

Tinder: Un ancien policier utilise les bases de données de la police pour draguer !
Partager
Partager sur Facebook

Tinder est un moyen facile et rapide pour pouvoir draguer et faire des rencontres sur le net. Néanmoins, un ancien policier a abusé de son statut pour rechercher des informations sur ses prétendantes.

Tinder semble être une application sûre pour trouver l’amour. Néanmoins, un ancien policier australien a utilisé les bases de données de la police pour pouvoir matcher !

Tinder : Un ancien policier abuse de son statut pour matcher !

Sur les sites ou les applications de rencontres, on trouve de tout. Certains internautes s’inscrivent pour s’amuser, pour avoir une histoire d’un soir ou tout simplement pour trouver le grand amour. Ainsi, il semble difficile de trouver la perle rare et de trouver une personne fiable. Un ancien policier n’a pas hésité à fouiller dans les fichiers de la police pour pouvoir matcher sur Tinder !

En Australie, Adrian Trevor Moore  a voulu faciliter ses recherches sur Tinder pour trouver l’amour. L’homme a plus de 28 ans de carrière dans la police et il sait qu’il peut avoir accès facilement aux bases de données. L’homme semble avoir une certaine méfiance quant aux intentions de ses prétendantes sur l’application. Ainsi, afin d’être sûr de ne pas tomber sur les mauvaises personnes il a fait quelques recherches illégales…

Tinder : Il va devoir payer une amende !

Afin d’être sûr que les femmes qu’il rencontrait sur Tinder étaient irréprochables, l’ancien policier se servait des bases de données de la police. Il pouvait savoir si ses prétendantes avaient eu des infractions et si elles avaient déjà été arrêtées par la police. Avec toutes ces informations, l’homme savait qui il devait matcher ou éviter sur l’application. Bien entendu, tout ceci est illégal et il a eu quelques soucis !

« La sentence doit montrer ce qui arrive quand les gardiens de nos données dans ce monde numérique accèdent à ces informations dans leur propre intérêt. » A expliqué le juge.

Les policiers n’ont pas le droit d’utiliser les bases de données de la policer à des fins personnelles. Ainsi, Adrian Trevor Moore va devoir payer une amende de 1700 euros et il est clair qu’il ne doit plus être populaire sur Tinder. Quoiqu’il arrive toute cette histoire ne donne pas envie de se lancer sur l’application !