fbpx
Buzz
Partager sur

Sexisme: un restaurant en Chine change les prix selon la taille des seins !

1000Sexisme un restaurant en Chine change les prix selon la taille des seins !
Partager
Partager sur Facebook

La chaine de restaurant "Trendy Shrimp" en Chine propose une carte quelque peu sexiste: des petits prix pour les fortes poitrines.

Ce restaurant fait la une de tous les quotidiens chinois depuis plusieurs jours. Celui-ci propose des réductions en fonction du tour de poitrine. C’est à dire: des petits prix pour les gros seins.

Un restaurant particulier

La chaine de restaurant « Trendy Shrimp » fait parler d’elle depuis quelques jours et ce n’est surement pas pour la qualité de sa cuisine.

En effet, selon le journal local: Qianjiang Evening Post, de nombreux habitants se plaignent de la nouvelle politique du restaurant. Une politique presque sexiste…

Ainsi, la carte propose désormais une réduction selon quelques qualités. Un rabais est accordé aux femmes les plus avantageuses.

En résumé, la chaine propose des prix plus ou moins chers en fonction de la poitrine. Au plus la taille de seins est généreuse au moins le prix du plat sera important.

A l’entrée de l’enseigne on peut même voir une phrase qui annonce la couleur: « la ville entière est à la recherche de seins »

L’affiche du restaurant

Affichée en vitrine et dans tout l’établissement depuis le 31 juillet, le « Trendy Shrimp » de Hangzhou attire la clientèle. La carte met en scène des héroïnes de manga avec des tailles de poitrine très différentes.

De plus, une légende explique les réductions en fonction du bonnet. C’est à dire: 5 % pour un bonnet A et jusqu’à 35 % pour un bonnet G.

La réaction des internautes

Après l’annonce de cette nouvelle politique, les critiques et commentaires ont fusé sur les réseaux sociaux. Aussi, les internautes outrés ne se privent pas de le dire.

« Cette promotion est à vomir. Je peux imaginer la tête du manager qui a pondu cette affiche. Il ne respecte pas les femmes » réagit alors une première femme qui lance le débat.

Un autre a donc surenchéri: « C’est un endroit pour se restaurer, pas pour vendre des sous-vêtements. Je ne m’y sens pas bien« .