fbpx
Buzz
Partager sur

Poppi le chat retrouvé vivant après avoir été kidnappé par un goéland

Poppi le chat retrouvé vivant après avoir été kidnappé par un goéland
Partager
Partager sur Facebook

Poppi, le chat d'Isabelle, une Niçoise de 45 ans, a eu une belle frayeur ! Lundi dernier, comme à son habitude, Poppi prend l'air sur le balcon du sixième étage. Quand soudain, un goéland vient perturber sa tranquillité nocturne... en le kidnappant !

Peur sur la ville ! Poppi, le chat roux d’Isabelle, une Niçoise de 45 ans, a eu une frayeur bleue dans la nuit de lundi dernier. Comme le rapporte le site internet de Nice Matin, le beau matou norvégien a vécu une sacrée mésaventure aux alentours de trois heures du matin. Il a littéralement été kidnappé par un goéland, puis s’est envolée dans les griffes de celui-ci ! Pauvre Poppi…

Poppi se réconforte auprès d Isabelle

Poppi se réconforte auprès d’Isabelle

« J’ai aperçu une masse rousse littéralement décoller »

Isabelle est une véritable amoureuse des animaux. Preuve en est, dans les rues de Nice, elle promène ses matous dans une poussette. Ainsi, quand elle a cru ne plus jamais revoir son chat roux norvégien, elle a eu très peur. La raison de cette frayeur est cocasse.

Poppi se prélassait comme à son habitude sur le balcon du sixième étage de l’immeuble où vit Isabelle et ses animaux. Bien mal lui en a pris cette nuit là, vers trois heures du matin. Paisiblement endormi, Isabelle entend soudain un cri de félin perçant la nuit. C’est celui de son chat. « J’ai aperçu une masse rousse littéralement décoller, emmenée par un goéland »  raconte-t-elle à Nice Matin. Ensuite ? Plus un bruit. Poppi, cinq kilos à la pesée, vient de s’envoler dans l’obscurité, otage des griffes de l’oiseau.

Finalement, Poppi est retrouvé sain et sauf

Estomaquée, Isabelle décide d’aller signaler la disparition de son chat, au cas où il serait retrouvé, bien qu’elle n’a alors plus beaucoup d’espoir. « Quand je suis sortie de chez moi, j’ai eu comme une intuition, et je me suis lancée à sa recherche en bas de chez moi. Après une chute de six étages, c’est plutôt sa dépouille que je pensais trouver » confie-t-elle, encore chamboulée.

C’est finalement sous une voiture, à l’aplomb du balcon, que Poppi se manifeste à sa maîtresse par un miaulement. « Je n’arrivais pas à y croire! Il était complètement terrorisé. Quand je l’ai ramené à la maison, il s’est jeté sur sa gamelle » raconte Isabelle, avant de poursuivre : « Si ces oiseaux m’ont bien fichu la trouille, je n’accepterai jamais qu’on leur fasse du mal. C’est un comportement naturel, voilà tout! ».  Pas rancunière, l’amie des bêtes reste sans réponse quant aux aiguilles de résineux retrouvées dans le pelage de Poppi, alors qu’il n’y a aucun arbre de ce type près de son appartement. Seul Poppi pourrait répondre à cette question, mais il est trop occupé à ronronner, au chaud, dans les bras d’Isabelle.