fbpx
Buzz
Partager sur

Pollution: les chinois vont avoir des poils de nez aussi longs que des cheveux!

Pollution: les chinois vont avoir des poils de nez aussi longs que des cheveux!
Partager sur Facebook

Une ONG vient de publier une vidéo choc. Dans un monde pollué, les chinois ont des poils de nez aussi longs que des cheveux

Depuis quelques années, la Chine s’est habituée aux pics de pollution ainsi qu’aux phénomènes météorologiques inexpliqués qui en résulte. Pour limiter les effets néfastes de la pollution atmosphérique, des mesures ont été prises. Le gouvernement chinois a restreint la circulation et certaines usines ont été fermées. Cependant, les conséquences sociales et sanitaires du dérèglement climatique inquiètent les associations environnementales. Pour déclencher un déclic chez les chinois, une ONG a mis en ligne une vidéo très surprenante.

Une vidéo de sensibilisation mise en ligne par l’ONG WildAid China

Pour sensibiliser la population chinoise, l’ONG WildAid China a mis en ligne une vidéo au scénario surprenant. Dans une Chine future où la pollution est omniprésente, les habitants se sont habitués à vivre dans un environnement très pollué. Mais pour respirer l’air toxique qui les entoures, les chinois ont évolué. Désormais, chacun arbore une longue moustache du nez. Ces poils épais sont considérés comme une barrière naturelle qui permet de filtrer les impuretés présentes dans l’air.

'Hairy Nose' – WildAid China & GOblue from WildAid on Vimeo.

Comme l’explique la voix-off, ces chinois sont des « survivants de l’âge de la pollution  ». Ils se sont habitués à l’air « putride, étouffant » et au « brouillard pollué sans fin » qui sévit dans les grandes villes chinoises.

Le message de ce spot, ne pas s’habituer à vivre dans un environnement pollué

Le message que l’ONG WildAid China veut faire passer à travers ce spot est que les chinois ne doivent pas s’habituer à la pollution. Bien au contraire, ils doivent lutter pour la réduire, voir l’éradiquer. Quelques mois plus tôt, les 7 et 18 décembre dernier, les autorités chinoises déclaraient l’alerte rouge à la pollution atmosphérique. La concentration de particules du « smog » qui recouvrait la ville de Pékin était 25 fois supérieure au seuil maximal recommandé par l’OMS. Plus récemment, le journaliste Chai Jing a réalisé Under the Dome, un documentaire sur la pollution de l’air. Très vite, la vidéo est devenue virale sur internet et a comptabilisé 200 millions de vus. Mais 4 jours après sa diffusion, le film a été censuré par les autorités. Alerter, puis censurer, il semblerait bien que les autorités chinoises ne soient pas prêtes à lutter contre la pollution.