Buzz
Partager sur

Japon: un amateur de pornographie retrouvé mort sous ses revues Japon

Japon: un amateur de pornographie retrouvé mort sous ses revues
Partager
Partager sur Facebook

La macabre découverte a été faite un mois après la mort de l'amateur de revues pornographiques, au Japon. Les magazines recouvraient son corps.

Ce dimanche 5 mars, le corps sans vie d’un quinquagénaire a été retrouvé dans son appartement de Kanagawa au Japon. Ce grand amateur de pornographie était écrasé par un tas de ses revues de charme.

Mort sous ses revues pornographiques

Les faits se sont déroulés à Kanagawa, au Japon. Un homme âgé de 50 ans a été retrouvé mort sur une pile de magazines pornographiques. Quand la macabre découverte a été faite, cela faisait déjà 1 mois qu’il était mort. Ses proches n’avaient pas eu de nouvelles depuis un moment, mais ne s’étaient pas inquiétés de son absence plus tôt. Ce grand collectionneur et amateur de pornographie n’aurait cependant pas succombé à la chute de ses revues, comme l’avait faussement indiqué le DailyMail. « Le porno est vraiment mauvais pour vous! Un Japonais solitaire qui a amassé une pile de six tonnes de magazines cochons est mort quand elle s’est effondrée sur lui… et son corps n’a été retrouvé que six mois plus tard », disait le magazine. Slate, entre autres, a tenu à rectifier la vérité. La cause de la mort est naturelle. Les médecins indiquent que c’est une crise cardiaque qui est à l’origine de son décès. En tombant, il aurait fait renverser les magazines sur lui. Mais le tas de magazines n’est pas resté sur place une fois le cadavre découvert. Une équipe est venu les enlever.

Au japon, de nombreuses personnes ne sont découvertes que longtemps après leur mort

Les japonais restent en effet un peuple très pudique. La famille n’aurait pas supporté de voir les magazines pornographiques aux côtés de leur proche. Une telle vue aurait été un réel déshonneur pour eux. Avant leur arrivée, tous les éléments à caractère sexuel ont donc été évacués de l’habitation. Nikkan Spa, cité par Mashable, a aussi rappelé que de nombreuses personnes meurent seules et dans l’indifférence au Japon. Pendant longtemps, personne ne sait qu’elles sont mortes. Ce n’est que quand les fluides corporels du cadavre se répandent dans les étages inférieurs que des personnes viennent voir ce qu’il se passe. Aussi glauque que cela puisse paraître… Et ici, c’est le papier des revues qui avait absorbé ces substances.