fbpx
Buzz
Partager sur

Italie: il porte plainte contre sa femme parce qu’elle ne cuisine pas assez!

Italie: il porte plainte contre sa femme parce qu’elle ne cuisine pas assez!
Partager
Partager sur Facebook

En Italie, un homme pas satisfait des efforts de sa femme a décidé de porter plainte contre elle. La raison est qu'elle ne cuisine pas assez

Les italiens ne blaguent pas avec la nourriture, et c’est peu de le dire! Un homme, un chouia macho, a décidé de porter plainte contre sa propre femme parce que celle-ci ne cuisine pas assez. ça vous fait peut-être rire, mais cette accusation moyenâgeuse risque de coûter cher à quelqu’un.

Le mari porte plainte pour mauvais traitements familiaux

Aussi surprenant que cela puisse paraître, il est possible de porter plainte contre quelqu’un parce que cette personne ne cuisine pas assez. Un italien, dont nous ne connaissons pas l’identité, en a décidé ainsi. D’après la version italienne du journal en ligne The Local la « victime » aurait déclaré se sentir insulté par les actes de négligence de sa femme. Depuis deux ans, il explique que la fainéantise de son épouse en cuisine l’oblige à mettre la nourriture à la poubelle. Il aurait donc été « contraint de vivre dans des conditions de vie à l’hygiène déplorable ». Il affirme également avoir été petit à petit chassé du lit nuptial. C’est donc avec toute la peine du monde que l’époux s’est rendu à la gendarmerie italienne, chez les carabinieri, afin de porter plainte contre la personne qui partage son toit. Dans sa déclaration, il présente sa femme comme « une personne négligente, qui faillit à préparer à manger pour sa famille et qui laisse le foyer en désordre ».

Le procès de sa femme

Aussi grotesque soit cette affaire, la ménagère décrite comme étant négligeante risque gros. En effet, l’article 572 du Code Pénal italien punit « quiconque maltraite un membre de sa famille ou une personne dont elle a la charge en matière d’éducation, de soin ou de garde ». Si ne pas cuisiner assez devient un motif de pénalisation, la pauvre femme risque jusqu’à six ans de prison. Un peu sévère n’est-ce pas. Le comble c’est que le juge qui sera en charge de cette affaire n’est autre qu’une femme, Mara Mattioli. En attendant que le procureur Gregorio Capasso ait rassemblé tous les éléments de l’enquête, la date du procès est prévue pour le 12 octobre prochain. Il va falloir attendre encore un peu pour connaître le dénouement de cette histoire. Si la ménagère va en prison, non seulement son mari n’aura plus personne pour lui faire à manger, mais en plus, il aura fait régresser la notion d’égalité des sexes.