fbpx
Buzz
Partager sur

Infraction: il invente un « robot-avocat » pour ne plus payer de PV de stationnement !

Infraction: il invente un « robot-avocat » pour ne plus payer de PV de stationnement !
Partager
Partager sur Facebook

Un étudiant britannique a mis au point un « robot-avocat » qui permet de ne plus payer de PV de stationnement

Les PV de stationnement coûtent cher, et si vous voulez les contester, les frais d’avocat vous vite faire grimper la note. Mais grâce à un étudiant britannique, vous allez pouvoir faire opposition à ces contraventions sans payer qui que ce soit. Le jeune homme a mis au point un robot-avocat qui va vous permettre de ne plus débourser un centime.

Un étudiant britannique met au point un robot-avocat

Joshua Browder est un jeune étudiant britannique de l’université de Stanford, aux Etats-Unis. Ce dernier a eu une idée très ingénieuse. Partant du principe qu’il est rarement rentable de prendre un avocat pour contester un PV de stationnement, il a mis au point un système informatique qui remplace l’avocat. Comme l’explique Slate, le programme informatique élabore gratuitement un argumentaire juridique. Il permet ainsi d’épargner à ses utilisateurs l’équivalent de 3 millions de dollars d’amende depuis sa création en 2015. Joshua a eu cette idée révolutionnaire après avoir reçu plusieurs amendes pour mauvais stationnement. Il trouvait que les PV étaient parfois « infligées de manière injuste ».

Le robot-avocat est encore en version test

Le site a été intitulé DoNotPay, « ne payez pas ». Toujours en version test pour le moment, il permet de trouver des excuses et des justifications aux contrevenants. Il est basé sur le principe de questions-réponses. DoNotPay prépare ensuite une lettre de réclamation qu’il suffit simplement d’envoyer. L’étudiant qualifie son site de robot-avocat : « c’est un robot avocat. […] Le site effectue de nombreuses tâches de manière automatique et parle à l’utilisateur comme un vrai avocat. […] Il utilise un algorithme qui combine l’ordre des mots, des mots-clés et des pronoms pour identifier ce que l’utilisateur est en train de dire. […] Si le robot ne comprend vraiment pas, il va générer un message d’encouragement générique et, à ce moment-là, j’en serai alerté pour m’assurer que le problème ne se répétera pas dans le futur ». Joshua Browder souhaiterait maintenant développer son concept un peu partout. Après le Canada, Mexico et New York, peut-être que les français aussi pourront esquiver les PV.