Buzz
Partager sur

Horreur: la police craint le retour des clowns tueurs avec la sortie du film « Ça »

Partager
Partager sur Facebook

La police américaine a mis en garde les habitants concernant les clowns tueurs qui pourraient envahir les rues après la sortie du film d'horreur "Ça".

Avec la sortie du film d’horreur « Ça », la police américaine craint le retour des clowns tueurs envahissant toutes les rues. Ils ont d’ailleurs commencé à mettre en garde les habitants américains des petits villages et s’inquiètent des représailles que ce film peut engendrer.

Les clowns tueurs sont de retour

À quelques jours de la sortie du film d’horreur « Ça », le retour des clowns tueurs inquiètent les gens et la police américaine. La raison de cette frayeur ? Halloween 2016.

En effet, rappelez-vous, les États-Unis avaient dû faire face à ces faux clowns tueurs qui erraient dans les rues et agressaient les passants tétanisés. Ce phénomène a causé une véritable psychose chez certaines personnes. Aussi, ces clowns avaient fait de nombreux blessés et des traumatisés à vie.

Depuis, quelques états américains ont fait le choix de légiférer tout cela pour éviter de nouvelles attaques. C’est donc le cas de la Pennsylvanie. Il est désormais interdit de se déguiser en clown en public sous peine d’amende ou d’emprisonnement.

Ces clowns tueurs effraient la police

Ainsi, la police américaine appréhende donc le retour de ces clowns quelque peu effrayants qui avaient terrorisé les États-Unis et la planète entière. Les forces de l’ordre ont récemment donné l’alerte dans chaque ville.

Ils espèrent alors qu’aucun débordement n’aura lieu avec la sortie du film « Ça », un film d’horreur. Celui-ci pouvant peut-être attiser chez certaines personnes le plaisir de se transformer en clown tueur.

La date de sortie du film est prévu le 20 septembre 2017. Un film américain d’une durée de 2h15. Il faut donc rester accroché. Si vous avez peur des clowns, inutile de s’y rendre. Un film terrorisant, capable d’effrayer les plus téméraires.

De plus, ce phénomène n’avait pas seulement envahit les États-Unis. En France aussi, des attaques avaient été recensées en octobre dernier.