fbpx
Buzz
Partager sur

Facebook censure une pub avec un mannequin XL, puis s’excuse !

Facebook censure une pub avec un mannequin XL, puis s’excuse !

Après avoir censuré une pub mettant en scène un mannequin XL, Facebook a présenté ses excuses

Voilà une mauvaise pub dont Facebook se serait bien passé. En effet, le réseau social a fait scandale en censurant un publicité avec un mannequin grande taille. Suite à ce dérapage, Facebook a présenté ses excuses, mais il semblerait que cette démarche ne suffise pas à calmer les esprits.

La publicité ne respectait pas toutes les règles

La semaine dernière, le groupe féministe australien Cherchez la Femme a lancé une publicité sur Facebook dans le but de promouvoir un événement sur l’acceptation du corps. La pub en question met en scène la mannequin grande taille Tess Holliday. Sur le cliché, elle apparaît en sous-vêtements, rien de très choquant me direz-vous. Et pourtant, il faut croire que s’en est trop pour Facebook qui a envoyé un message aux organisateurs en expliquant que la photo ne respectait pas les « règles de santé et de condition physique ».

La cellule publicité a même précisé que « les annonces ne doivent pas promouvoir un état de santé avec un corps présenté comme parfait ou extrêmement indésirable. » Elle ajoute également que « les publicités comme celles-ci ne peuvent pas être acceptées, car certains utilisateurs sont mal à l’aise avec eux-mêmes en les voyant» et termine en indiquant qu’il était préférable « d’utiliser une image d’une activité adéquate comme courir ou faire du vélo. »

Les féministes en colère contre Facebook

Cette censure a provoqué la colère de Cherchez la femme. Une responsable du groupe féministe, Jessamy Gleeson, a protesté auprès de Facebook. Elle a expliqué qu’il s’agissait d’un événement sur l’acceptation du corps et que cela incluait tous les physiques, y compris des gros : « Facebook a refusé de comprendre que notre événement souhaite traiter de la positivité du corps (…). Nous sommes irrités à la fois parce que Facebook n’a visiblement pas conscience que les femmes qui se définissent elles-mêmes comme grosses peuvent se sentir bien dans leurs corps, mais aussi parce que nous n’avons pas pu promouvoir notre événement. »

Les excuses de Facebook ne suffisent pas

Très vite, la presse anglo-saxonne s’est emparée de cette salle histoire, poussant un porte parole de Facebook à faire une annonce. « Notre équipe traite des millions d’images publicitaires chaque semaine et parfois nous refusons à tort des publicités. Cette image ne viole pas notre politique publicitaire. Nous nous excusons pour cette erreur et avons fait savoir à l’annonceur que nous validons leur publicité. »

Cependant, les excuses du réseau social ne suffisent pas. Le groupe féministe voudrait que Facebook agisse davantage : « il ne devrait pas y avoir besoin de l’attention internationale des médias pour que Facebook comprenne avoir un problème, dans sa politique sur le corps des femmes dans son réseau » explique Jessamy Gleeson.