fbpx
Buzz
Partager sur

Espionnage: Staline décryptait la personnalité de ses ennemis en analysant leur caca !

Espionnage: Staline décryptait la personnalité de ses ennemis en analysant leur caca !

Le dictateur Joseph Staline a fait analyser les excréments de Mao Zedong et de ses ennemis pour mieux connaître leur personnalité !

Les services secrets de l’époque ne disposaient pas d’outils de pointes comme leurs successeurs, mais ils ne manquaient pas d’idées. L’une de ces idées lumineuses vient de Staline: en effet, il a demandé à ses services secrets d’examiner les excrément de Mao.

Staline, le roi de l’espionnage !

L’information vient d’un ancien agent des services secrets soviétiques, Igor Atamanenko. Il affirme qu’ « à cette époque-là, les Soviétiques n’avaient pas le même genre d’outils d’espionnage que les services secrets d’aujourd’hui. C’est pour cela que nos spécialistes proposaient les moyens les plus extravagants pour obtenir des informations sur quelqu’un ». Le leader soviétique n’avait donc aucun scrupule à trifouiller dans les toilettes des chef d’Etats internationaux. Ou disons plutôt qu’il n’en a pas eu pour mettre en place une cellule entièrement dédiée à l’analyse d’excrément. Le dirigeant de ce service choc était Lavrenti Bevria, l’homme de main de Staline. Il est également connu pour être à l’origine de l’acquisition de la bombe atomique par les soviétiques.

Staline a fait trafiquer les toilettes de Mao pour récupérer ses excréments

D’après l’ex-agent des services soviétiques, l’analyse d’excrément permettait de décrypter la personnalité de l’auteur de la déjection. Il explique que « s’ils détectaient un niveau élevé d’acide aminé tryptophane, ils en concluaient que la personne était calme et accessible », mais par contre « le manque de potassium dans les excréments était vu comme un signe de nervosité voire d’une tendance à l’insomnie ». En 1949, Mao Zedong est en visite à Moscou pour 10 jours. Une bonne grosse semaine où les échantillons ont dû être nombreux. Les selles ont été récupérées grâce à des toilettes spéciales. Celles-ci n’étaient pas raccordées aux égouts, mais à des « boîtes secrètes ». Il semblerait que Staline ait refusé de signer un partenariat avec Mao suite aux mauvais résultats de ses analyses. Sont successeur, Nikita Khrouchtchev, ne devait pas croire en la puissance des excréments car il a fait fermer la cellule. Tout du moins, c’est ce qui s’est dit.

« Source: Huffington Post »