Buzz
Partager sur

Drone Café: les drones vous livrent les cocktails, c’est la fin du métier de serveur !

Drone Café: les drones vous livrent les cocktails, c’est la fin du métier de serveur !
Partager
Partager sur Facebook

Aux Pays-Bas, un « Drone Café » vient d'ouvrir ses portes. Ce ne sont pas des serveurs mais des drones qui vous apportent les cocktails

Si le restaurant nudiste qui vient d’ouvrir ses portes à Londres n’est pas à votre goût, on peut vous proposer un plan B qui vaut le détour. Au Pays-Bas, un bar éphémère vient tout juste d’ouvrir. Le concept est le suivant : le barman est un drone. Aussi surprenant que cela puisse paraître, c’est un robot qui prépare les cocktails.

Blue Jay, le drone qui prépare des cocktails

Ce week-end, un bar éphémère atypique a ouvert ses portes à l’Université de Technologie d’Eindhoven, aux Pays-Bas. L’établissement a vu le jour à l’occasion du « Dream & Dare Festival » qui célèbre les 60 ans de l’université. Le « Drone Café » est le premier établissement au monde où les clients sont servies par un drone nommé Blue Jay. Ce robot est le premier drone domestique d’intérieur autonome. Il passe entre les tables, prend les commandes des clients. Pour cela, les visiteurs doivent pointer leurs choix sur la carte. Le drone reconnaît la commande grâce à ses caméras. « Ses yeux se remplissent alors petit à petit, comme une barre de téléchargement. Une fois qu’ils sont entièrement lumineux, cela veut dire que la commande est prête. Et un autre drone apporte la bouteille à table grâce à sa pince », a expliqué Tessie Hartjes, l’étudiante responsable du projet. Le « Drone Café »propose quatre cocktails avec ou sans alcool.

2000 euros pour un drone

Blue Jay est un vrai bijou de technologie. Grâce à sa pince qui ressemble à une main humaine, il est capable de voler dans une pièce et de livrer les cocktails. Mais ce robot du futur n’est pas donné : il faut compter 2000 euros pour produire une machine. Pour le « Drone Café », les robots ont été financés par l’université, des partenaires privés et un système de financement participatif. Ce projet a nécessité 9 mois de travail et a mobilisé pas moins de 20 étudiants. « Ce nouveau type de drone pourrait nous accompagner dans la vie de tous les jours et être un outil très utile pour l’espèce humaine. Nous le voyons comme le prochain téléphone portable, que chacun peut programmer comme il le souhaite », explique Tessie Hartjes. Amis serveurs prenez garde, les drones vont peut-être vous piquer votre job !