Buzz
Partager sur

Congo: une église fonde sa croyance sur la consommation de bière !

congo-une-eglise-fonde-sa-croyance-sur-la-consommation-de-biere
Partager
Partager sur Facebook

Selon une église au Congo, la bière ferait des miracles. Guy Emile Loufoua Cetikouabo proclamé dieu vivant sur Terre pense qu'elle peut guérir de tout !

Si certains scientifiques et chercheurs ont trouvé des bienfait à la bière, une église au Congo en a fait sa croyance. Selon elle, elle ferait des miracles et leurs fidèles seraient obligé d’en boire pour guérir de nombreuses maladies.

Congo: une église fonde sa croyance sur la consommation de bière !

Ce n’est pas une blague, une église au congo fonde sa croyance sur la consommation de bière. Des journalistes de Africanews sont partis à la rencontre de ses membres à Brazzaville. Ils ont notamment rencontré son chef, Guy Emile Loufoua Cetikouabo.

Pour lui, la bière a notamment comme effet de tout soigner. Elle soigne les âmes et tous les maux comme l’hypertension. Un des membres de cette église a notamment confié à nos confrère de Africanews Je suis arrivé ici malade. Le frère Mikoungui m’a donné une bière. J’ai pris la première gorgée, la seconde, la troisième. Et je suis rentré en transe, ma tension était régulée.

Même si les membres de cette église ont l’air un peu farfelu, la bière a vraiment des bienfaits et c’est prouvé scientifiquement.

La bière serait plus efficace que le Paracétamol !

Des chercheurs de l’université de Greenwich ont mené une étude sur les effets de la bière sur la sensation de douleur. Ils ont notamment constaté que le fait de boire deux pintes pouvait réduire d’un quart la douleur physique. D’après eux, un taux d’alcoolémie de 0,08 gramme par litre de sang permet d’atténuer fortement la douleur.

Les chercheurs ont expliqué ce résultat L’alcool est un analgésique efficace. Il permet de diminuer efficacement la sensation de douleur. Ce qui pourrait expliquer l’abus d’alcool chez les personnes atteintes de douleur persistante, en dépit de ses conséquences potentielles pour la santé à long terme », expliquent les chercheurs. L’alcool pourrait même avoir un « effet plus puissant que le paracétamol » et pourrait être comparé « aux médicaments opioïdes comme la codéine