fbpx
Buzz
Partager sur

Chirurgie esthétique: elle dépense 165 000 euros pour ressembler à sa caricature!

Chirurgie esthétique: elle dépense 165 000 euros pour ressembler à sa caricature!

Au Royaume-Uni, une femme a dépensé la somme de 165 000 euros pour ressembler à sa caricature

En général, lorsque qu’une personne décide de faire de la chirurgie esthétique, c’est pour gommer un détail qu’elle n’aime pas, ou au contraire, pour amplifier une partie de son corps qu’elle estime pas assez présente. Dans ces deux cas de figures, le but est de faire ressortir ce qu’il y a de beau. Mais il y a des exceptions. C’est le cas d’une anglaise qui a décidé de passez sous le bistouri pour ressembler à sa caricature.

Tout a commencé avec une simple caricature

Krystina Butel est une jeune anglaise de 31 ans. L’année de ses 15 ans, elle part en vacance à Ibiza. Pendant son séjour, un caricaturiste fait son portrait. Pour Krystina, c’est la révélation! Elle explique que « la femme sur ce dessin était si glamour. Quand j’ai vu la caricature pour la première fois, j’étais si heureuse (…) C’était comme si je découvrais enfin ce que je voulais être, je voulais ressembler à ce dessin ». Aujourd’hui, la jeune femme dirige son propre salon de coiffure, et elle a réalisé son rêve : ressembler à sa caricature. Le Mirror rapporte qu’elle a dépensé pas moins de 130 000 livres, soit 165 000 euros, en chirurgie esthétique pour atteindre son objectif. Comme vous pouvez le voir sur les photos, le résultat est aussi grotesque que le dessin. Ses lèvres sont boursouflées, sa poitrine est énorme et ne parlons même pas des faux ongles.

Krystina Butel et sa caricature
Krystina Butel et sa caricature

Elle est devenue accro à la chirurgie esthétique

Depuis sa transformation radicale, la jeune anglaise a développé une vraie addiction la chirurgie esthétique. Mais c’est un choix qu’elle assume totalement : « je sais que je vais me réveiller par la suite et voir quelque chose de nouveau dans mon corps ». Elle rajoute : « pour moi, il s’agit de me rapprocher de mon rêve. A chaque chirurgie, mon apparence est de plus en plus exagérée et proche de ma caricature  ». Elle a fièrement affiché sa caricature dans son salon et explique que « cela montre que je n’en ai pas fini avec mon travail cosmétique. Je ne pense pas que j’arrêterai un jour la chirurgie esthétique  ». Son chirurgien va pouvoir se remplir les poches pendant encore un bon moment.