fbpx
Buzz
Partager sur

Béziers: Robert Ménard part en guerre contre les crottes de chiens, il veut ficher leur ADN !

Béziers: Robert Ménard part en guerre contre les crottes de chiens, il veut ficher leur ADN !

Robert Ménard, le maire de Béziers est en guerre contre les crottes de chiens. Pour luter contre ce fléau, il veut ficher l'ADN de nos amis à quatre pâtes

ça ressemble à un poisson d’avril, mais cette information est véridique. Le maire de Béziers est en guerre contre les crottes de chiens. Pour luter contre le caca de ces boules de poils, l’homme politique veut ficher l’ADN des animaux de sa ville. Cette annonce insolite fait le buzz et amuse beaucoup les internautes.

La guerre contre les crottes de chiens, un projet à 50 000 euros

Vendredi dernier, le maire de Béziers, annonçait qu’il souhaitait luter contre les crottes de chiens. Pour cela, l’homme politique a l’intention de ficher l’ADN de nos amis à quatre pâtes, non pas pour les mettre derrière les barreaux, mais pour verbaliser les maîtres. Le coût du projet a été estimée à 50 000 euros par an. Une somme considérable qui devrait être amortie avec les amendes. En effet, si le propriétaire du chien refuse le prélèvement ADN, il devra payer 38 euros. Il en va de même s’il se balade sans la « carte de circulation » de son chien, carte qui sera distribuée à tous les maîtres dont les chiens son fichés. Et si jamais il ne ramasse pas les crottes de son animal, c’est 450 euros d’amende.

Une annonce qui amuse la toile

Après l’annonce de son projet de lute contre les déjections canines, Robert Ménard a été la cible de nombreuses moqueries sur le web.

Même la Mairie de Paris a réagi à l’annonce du projet. « Ça me semble fou. Rien qu’en termes de coût. Pour Paris, ce serait faramineux » a expliqué Mao Peninou, adjoint au maire en charge de la propreté, sur France 3 Paris Île-de-France. « De toute façon, c’est une problématique qui a beaucoup reculé. Il y a aussi une pression sociale qui s’exerce. Le regard des gens sur les propriétaires de chiens est un bon moyen de faire respecter la législation » poursuit-il. A quand la prison pour chien ?