fbpx
Buzz
Partager sur

Booba présente son fils Omar en photo !

Booba présente son fils Omar en photo !

Quelques mois après la naissance de son fils Omar, Booba a enfin dévoilé une photo de son enfant sur Instagram

On l’attendait, là voilà! Booba a enfin dévoilé une photo de son deuxième enfant, Omar. La première depuis sa naissance. Un cliché tout en tendresse, accompagné de la légende suivante: « Étoiles et constellations faites que Omar Yaffa devienne céleste… #protectandserve L’oreiller est sombre, le sommeil est noir #92i #DKR. » Des paroles tirées de son morceau D.U.C, de son album éponyme, dans les bacs depuis le 13 avril.

Instagram est désactivé.
Autorisez le dépôt de cookies pour accéder au contenu.

Omar, sur les pas de sa grande soeur Luna?

S’il a pour habitude d’exposer sa fille Luna sur Instagram, Booba a mis du temps à dévoiler une photo de son fils. A titre de rappel, le fils du rappeur, prénommé Omar, a vu le jour en février dernier. C’est la belle sœur du rappeur en personne qui avait révélé l’information sur Twitter. Une information confirmée par la suite par la compagne de Booba. La jeune femme avait dévoilé une photo de son nouveau né sur son compte Instagram.

Booba se confie sur son rôle de père

S’il a une image de gros dur ( Rap Game oblige), Booba se veut être un vrai papa gâteau. Le rappeur, qui vit désormais à Miami, s’est confié ces derniers temps sur sa fille et l’impact que cette naissance a eu sur sa vie. Un nouveau rôle de père qui lui donne de nouvelles responsabilités. A l’occasion d’un entretien accordé à Métronews, le Duc de Boulogne, a indiqué qu’il ne voyait aucun inconvénient à ce que sa fille écoute ses morceaux à l’avenir…mais pas avant un certain âge: « Si ma fille n’écoute pas mes saloperies, elle pourra écouter celles d’un autre. Je ne fais pas ma musique en fonction de mes enfants ou de la jeunesse. Je ne cherche pas à être un exemple, sinon je ne suis plus moi-même. Si à 12 ans, elle veut écouter l’album de Kaaris, je trouverais ça limite. À 18 ans, elle fera ce qu’elle voudra. C’est ça la liberté. Il faut les éduquer, les aiguiller mais quand ils sont grands, ils font leur choix. Je peux pas l’empêcher d’écouter du Kaaris si elle a 18 ans. »