fbpx
Buzz
Partager sur

Sextape : 6 mois de prison pour une fausse vidéo porno avec un tigre

Sextape : 6 mois de prison pour une fausse vidéo porno avec un tigre

Une britannique a passé 6 mois en prison après qu'une vidéo porno avec un tigre ait été retrouvée dans son téléphone. Pourtant, il ne s'agissait pas d'un vrai tigre

La petite blague de Andrew Holland a pris une tournure inattendue : après avoir partagé une vidéo de sexe avec ses amis, il s’est retrouvé en prison pendant 9 mois. Sur les images de l’enregistrement, on aperçoit une femme avoir une relation sexuelle avec un tigre. Ce type de rapport sexuel étant interdit par la loi car considéré comme de la pornographie extrême, le chauffeur britannique a été écroué.

14 mois prison suite à une erreur d’appréciation

Pourtant, après avoir passé 14 mois en prison, les juges ont examiné la vidéo de plus près et ont remarqué qu’il ne s’agissait en réalité pas d’un vrai tigre. C’était en réalité un homme qui était déguisé en tigre. Depuis, Andrew Holland tente de faire valoir ses droits après avoir tout perdu suite à cette erreur : J’ai perdu mon travail, j’ai du déménager et j’ai fini par avoir une attaque cardiaque à cause du stress. Des gens sonnaient à ma porte en plein milieu de la nuit. Trois jeunes se sont présentés à ma porte et m’ont traité de tous les noms. J’ai été menacé plus d’une fois a déclaré l’homme qui a également été séparé de sa fille pendant près d’an.

Il s’agissait d’une imitation du tigre de Frosties

L’accusation a fini par laisser tomber l’affaire après s’être rendu compte qu’il s’agissait d’un homme et non d’un tigre. A la fin de la vidéo, certaines sources ont déclaré qu’on entendait l’homme dire « That’s greeeaat ! » comme le tigre de la marque de céréales Frosties. Jon Fuller, militant pour la liberté sexuelle a réagi à l’affaire : Cette loi (celle interdisant la pornographie extrême ndlr) menace n’importe qu’elle personne ayant une sexualité qu’elle veut garder privée. Elle menace les personnes ordinaires qui échangent des blagues sales sur leur téléphone ou sur internet.

Source : Independant