Buzz
Partager sur

Les gardiens de prison retrouvent une dizaine d’objets cachés dans son anus

Les gardiens de prison retrouvent une dizaine d’objets cachés dans son anus
Partager
Partager sur Facebook

Les gardiens de la prison de l'inspecteur José Martinho Drumond ont fait une étonnante découverte : un visiteur de la prison cachait dans son anus une dizaine d'objets dont deux téléphones et des scies. Ils n'ont pour l'heure pas pu déterminer à quel détenu étaient destinés ces objets

Cacher des objets vitaux ou des armes dans son anus est l’une des techniques les plus courantes utilisées par les criminels ou les détenus pour tromper les contrôles de sécurité et s’équiper en prison. Mais les gardiens de la prison l’Inspecteur José Martinho Drumond à Ribeirão das Neves au Brésil sont tombés sur ce qui pourrait être un record : André Silva de Jesus, un homme de 35 ans, avait caché une dizaine d’objets dans son anus.

Un parfait kit d’évasion dans l’anus

Deux téléphones portables, deux batteries, une pince, cinq clous, huit lames de scie, des embouts de perceuse des puces ainsi que quelques autres accessoires se trouvaient à l’intérieur du passeur. En clair, tout le matériel nécessaire à une tentative d’évasion. L’homme, ainsi équipé de cette boîte à outils complète dans son anus, a pourtant failli passer facilement la sécurité : il ne pouvait pas être scanné aux rayons X car selon son certificat médical, il possédait un pacemaker.

Les gardiens ont donc décidé de le fouiller avant de le faire entrer dans l’établissement. C’est pendant cette simple fouille que André Silva de Jesus est apparu particulièrement nerveux ce qui a donné la puce à l’oreille aux gardiens de la prison.

Le destinataire des outils n’a pas encore été trouvé

Face à cette incroyable quantité d’objets cachés à l’intérieur d’un homme, les gardiens de la prison ont contacté leur collègues de la police militaire afin de photographier et d’enregistrer le record. Le destinataire de ce petit kit du parfait évadé n’a pas encore été démasqué, mais le Suapi (Secrétariat à l’administration pénitentiaire) a confirmé l’incident et a déclaré que la direction générale de la prison a ouvert une procédure interne afin de déterminer ce qui s’est passé.

Notons que la présence de tous ces objets, contondants pour certains, aurait pu entraîner de lourdes conséquences pour la santé André Silva de Jesus. Tout comme cette anglaise qui a vécu 10 ans avec un sex toy dans le vagin.

Sources : faitsdivers.blogs.sudinfo.be, R7 Noticias