fbpx
Buzz
Partager sur

Sara (SS8) est partie à la rencontre d’Edib, un enfant de 6 ans souffrant d’un gliome infiltrant : tumeur au cerveau inopérable

Sara (SS8) est partie à la rencontre d’Edib, un enfant de 6 ans souffrant d’un gliome infiltrant : tumeur au cerveau inopérable

Grâce à l’association « Pour le sourire d’Izaac », le petit Edib a pu réaliser l’un de ses rêves : rencontrer Sara. Une journée pleine d’émotions pour l’enfant et la jeune femme

C’est au Stade de France que la rencontre a eu lieu. L’équipe de France ne disputait aucun match mais un enfant menait, et mène encore, une toute autre bataille. Edib, 6 ans, souffre d’un gliome infiltrant du tronc cérébral. Une maladie, le plus souvent fatale, présentant malgré tout quelques exceptions qui réussissent à en guérir. Sara, l’ancienne candidate de Secret Story 8, espère bien avoir été un remède pour le petit Edib ce mardi après-midi. En effet, le bambin a pu réaliser son rêve grâce à l’association « pour le sourire d’Izaac » : rencontrer l’ancienne résidente de la maison des secrets. Accompagné de sa mère et son grand frère, Edib a pu passer l’après-midi aux côtés de Sara et visiter l’enceinte du Stade de France. La jolie blonde s’est confiée à MCE pour raconter sa journée.

Sara en compagnie d'Edib au Stade de France
Sara en compagnie d’Edib au Stade de France

Comment as-tu vécu ta journée ? Quel a été ton ressenti ?

Une journée pleine d’émotions, où les sentiments de bonheur, mais aussi de tristesse se mélangeaient. Un enfant malade, qui retrouve le sourire le temps d’un après-midi grâce à vous, je trouve cela beau et touchant. Ce fût enrichissant et fort en émotion !

Il semblerait que tu aies passé un bon moment en compagnie d’Edib tout en sachant qu’il était gravement malade. Etait-ce une situation difficile pour une jeune femme de ton âge ?

C’était merveilleux. Voir les yeux d’Edib, et des sourires se dessiner sur son visage en me voyant, me rendaient la plus heureuse au monde. C’était un garçon très affectueux avec plein d’amour à offrir. C’est un ange sur cette Terre.

Quelle a été ta réaction lorsque tu as pris connaissance du pronostic engagé de l’enfant ?

J’étais en plein cours de théâtre quand mon agent artistique m’a mise au courant de l’avancement de sa maladie. Je dois avouer que je n’avais pas réalisé la situation dans laquelle il se trouvait. Quand j’ai commencé à comprendre que son pronostic vital était engagé, je ne pouvais plus retenir mes larmes. Je ne comprenais pas comment la vie pouvait être si triste parfois. Je ne connaissais pas encore ce petit garçon mais j’étais déjà prête à tout lui donner lors de notre rencontre, pour le voir sourire. Je savais que le jour J, je ne pouvais laisser mes larmes m’envahir. Je ne devais pas craquer devant lui au contraire, je devais me montrer forte pour lui.

Paraît-il que l’on t’a proposé de devenir la marraine de l’association « Pour le sourire d’Izaac », vas-tu accepter ?

Je trouve que l’association « Pour le sourire d’Izaac » défend une cause très noble. Elle a pour but de réaliser les rêves des enfants souffrants d’un gliome infiltrant du tronc cérébral. Cette tumeur au cerveau est inopérable. Je me suis tout de suite sentie impliquée pour les aider. La situation s’est bien trouvée puisque l’association était à la recherche d’un parrain ou d’une marraine. L’idée de m’allier avec l’association, afin de réaliser les rêves des enfants malades est un projet qui me remplit de bonheur et de fierté.

C’est quelque chose qui te tient à cœur ?

Être la marraine de l’association me tient énormément à cœur. Voir les yeux des enfants, dont la vie est difficile et fatigante, briller quand on réalise leur rêve, ne peut être qu’une victoire pour moi. J’ai vraiment envie de m’impliquer et de donner mon maximum. Certaines situations peuvent parfois être délicates à supporter. Voir tant de souffrances pourrait en effrayer certains mais moi je me dis que je ne peux que les aider, en leur donnant un moment de bonheur.

Sara, Edib et sa famille au bord de la pelouse du Stade de France
Sara, Edib et sa famille au bord de la pelouse du Stade de France

Souhaiterais-tu faire de nouvelles rencontres comme celle-ci ?

Si l’occasion se représentait, j’accepterais sans hésiter ! Visiter le Stade de France avec Edib a été l’un des plus beaux moments de ma vie. Si je deviens la marraine de cette association, je compte bien m’investir et rester auprès d’enfants souffrants de cette maladie.