fbpx
Buzz
Partager sur

PSG : les ultras nient leur responsabilité dans les incidents du Trocadéro

PSG : les ultras nient leur responsabilité dans les incidents du Trocadéro

La célébration des joueurs du PSG pour leur premier titre de champion depuis toutes ces années a été gâchée par l’affrontement entre les CRS et les pseudo-supporters. Pourtant les ultras ont affirmé qu’ils n’étaient pas présents parmi les casseurs

Cela faisait 19 ans que le PSG n’avait pas été sacré champion de France. Une célébration royalement gâchée par les pseudo-supporters qui ont fait face aux forces de l’ordre lors de violents affrontements. L’échafaudage placé sur le palais Chaillot a été pris par des assaillants qui brandissaient une banderole avec marqué Liberté pour les ultras, faisant référence à la politique de sécurisation du parc des Princes de Robin Leproux.

Présents de façon pacifique

Pourtant dans un communiqué diffusé ce mardi, les ultras affirment qu’ils n’étaient pas présents parmi les casseurs ce lundi 13 mai sur le parvis du Trocadéro : Il nous semble nécessaire de rappeler que les anciens abonnés du PSG n’ont pas, et n’ont jamais envisagé de nuire à la célébration du titre, les ex-abandonnés affirment qu’ils étaient là de façon pacifique et qu’ils ont même fait des appels au calme. Les ultras pensent aux images vidéo filmées pendant les affrontements et font remarquer que les casseurs étaient habillés aux couleurs du PSG : Nous, ex-pensionnaires des virages du Parc des Princes, boycottons le stade et les produits du club depuis la présidence du sinistre Robin Leproux. Or, regardez les images que les médias ont diffusé en boucle : les casseurs arborent pour la plupart les maillots que nous refusons de porter. Les ultras rappellent qu’aucun incident n’a été recensé par le passé et ils se questionnent Pourquoi aurions-nous changé de stratégie ?.

Une fête complétement gâchée

La ministre de la jeunesse et des sports Valérie Fourneyron consternée a affirmé ce mardi lors d’une conférence au ministère : Ce qui est absolument lamentable c’est la violence des pseudo-supporters qui ont gâché la fête des vrais supporters.

Clémence Rouvellat