fbpx
Buzz
Partager sur

PSG : le témoignage d’un supporter écœuré par le comportement des casseurs (Vidéo)

PSG : le témoignage d’un supporter écœuré par le comportement des casseurs (Vidéo)
Partager
Partager sur Facebook

W.B jeune supporter de 19 ans était présent lors de la célébration gâchée du titre de champion de France de son équipe favorite : le Paris Saint Germain. Il livre un témoignage exclusif à Mce

Mce: Comment as-tu vécu l’arrivée des joueurs ?

W.B: Je ne les ai pas vu, il y avait trop de fumée au moment où ils sont arrivés, on ne voyait plus rien. Il y a même eu des supporters qui chantaient à côté : On ne voit rien, on ne voit plus rien sur l’air de la chanson on est les champions.

Peux-tu m’expliquer en quoi consistaient les mouvements de foule ?

Il y avait des mouvements de foule trop importants. Des gens qui poussaient par devant et par derrière. Si tu tombais tu étais foutu, et on te piétinait. Il y avait énormément de fumigènes et des pétards qui explosaient de partout. Certaines personnes ont jeté des pétards et des fumigènes sur la scène et le speaker du parc des Princes a dû faire une annonce pour demander aux gens d’arrêter de faire n’importe quoi, ce qui ne les a bien entendu pas calmé.

As-tu vécu les débordements et les différents incidents ?

Oui, les gens étaient surexcités, c’était indescriptible. Beaucoup de personnes ont créé une file pour quitter le Trocadéro. Il y avait des femmes dans cette file, mais aussi des pères avec leurs fils. Ils se faisaient évacuer et essayaient de reculer, de fuir face à la foule. Pourtant 97% des supporters étaient présent de façon pacifiste…

Que penses-tu du communiqué des Ultras et de la violence des incidents ?

Ce n’était pas eux. Les casseurs portaient des maillots du PSG pour se faire passer pour des fans et ils étaient cagoulés mais ce n’était pas les ultras. J’ai vu des gens commencer à monter sur les toits en toile des cafés et commencer à casser des vitrines. Ils ont vandalisé le magasin GAP avenue Kléber sous mes yeux. Certains ont lancé des bouteilles de whisky sur les CRS.

Quel était le problème pour que cela dégénère ainsi selon toi ?

Les CRS étaient en sous-effectif et ils n’ont pas bloqué les avenues principales. C’était mal organisé, et le lieu était mal choisi. Je suis d’accord pour dire que c’était symbolique de faire ça devant la tour Eiffel, mais il n’y avait pas de sécurité.

Peux-tu raconter ce qu’il s’est passé au niveau de la tribune de presse ?

Une femme a commencé à escalader la tribune de presse parce que son petit ami était en train de faire un malaise. A ce moment j’ai vu la chose la plus hallucinante : l’homme était porté par la foule pour atteindre la tribune et la sécurité refusait de le prendre : pourtant il était inconscient. Alors des journalistes ont accepté de le prendre. Petit à petit des personnes ont commencé à monter sur scène aussi, et la j’ai entendu 3, 2, 1 et une marée de supporter a commencé à grimper les barrières et à envahir la tribune. Les barrières, sous leur poids, étaient en train de se tordre.

Quel est ton ressenti personnel à propos de cette célébration gâchée ?

Moi je suis écœuré, la veille j’avais été sur les champs et on avait fêté cette victoire pacifiquement même si j’étais parti avant que cela ne dégénère. Là je suis juste vraiment déçu, ils ont gâché notre fête.

Propos recueillis par Clémence Rouvellat