fbpx
Buzz
Partager sur

Un rappeur de sexion d’assaut condamné pour diffamation

Un rappeur de sexion d’assaut condamné pour diffamation

Amada Diallo, un membre du groupe, est condamné à versé une amende de 6000 euros pour diffamation à l’égard d’une journaliste.

L’affaire remonte à presque 3 ans. Lors d’une interview du groupe accordé au magazine International Hip Hop, un des rappeurs, interrogé sur les thèmes qu’ils préféraient ne pas aborder dans leurs chansons , avait déclaré : « Pendant un temps, on a beaucoup attaqués les homosexuels parce qu’on est homophobes à cent pour cent et qu’on l’assume. Mais on nous a fait beaucoup de réflexions et on s’est dit qu’il était mieux de ne plus trop en parler parce que ça pouvait nous porter préjudice ».

La défense ratée d’un autre membre du groupe…

Adama Diallo, un autre rappeur du groupe, avait défendu son ami en affirmant que de tels propos n’avaient pas été tenus. Il avait écrit sur twitter : « Bien sûr qu’elle a beaucoup inventé !! C’est grave de faire des trucs comme ça ! On a lu l’interview, nous-mêmes on a été choqué.

La journaliste qui a interviewé la Sexion d’assaut a LA HAINE contre ce groupe tout simplement, c’est complètement faux, cette source est fausse, cette interview a été modifiée et les paroles de la Sexion d’assaut ont été mal rapportées ».

Une condamnation pour le tweet plutôt que pour les propos homophobes…

Suite à ce tweet, Nathalie Sorlin, journaliste du magazine a porté plainte pour diffamation. Malgré des excuses publiques et des visites dans des associations LGBT par les Sexion d’assaut, la journaliste a aujourd’hui obtenu gain de cause. Adama Diallo est condamné à payer une amende de 6000 euros, de retirer le tweet du réseau social ainsi que de réhabiliter la journaliste.

H.B.