fbpx
Buzz
Partager sur

Coupe du Monde 2014 : le Brésil gagne, l’arbitrage déjà mis en cause

Coupe du Monde 2014 : le Brésil gagne, l’arbitrage déjà mis en cause
Partager sur Facebook

La victoire du Brésil 3 buts à 1 contre la Croatie en match d'ouverture de la Coupe du Monde 2014 soulève déjà des polémiques. La faute à un arbitrage favorable à la Seleção

Si vous ne le connaissez pas encore, vous entendrez forcément parler de Yuichi Nishimura, 42 ans et arbitre international depuis 2004. Élu arbitre de l’année en 2012 par la Confédération asiatique il a été sous le feu des projecteurs hier soir puisqu’il a arbitré le match d’ouverture de la Coupe du Monde 2014 opposant le Brésil et la Croatie. Seulement la victoire de la Seleção a soulevé des polémiques puisque l’arbitre a sifflé un penalty imaginaire.

Les premières erreurs d’arbitrage de la Coupe du Monde 2014

La raison des polémiques ? Un penalty sifflé par Yuichi Nishimura à la 71e minute du match pour une faute très légère du Croate Dejan Lovren sur le Brésilien Fred. Seulement, l’attaquant s’est laissé tomber.

Autre décision difficile à avaler pour la Croatie, la faute non sifflée de Ramires sur le troisième but Brésilien inscrit par Oscar. La pression immense des Brésiliens a sans doute eu raison de l’arbitre central.

L’entraîneur croate et Dejan Lovren fustigent l’arbitrage

A l’issue de la rencontre, le sélectionneur croate Niko Kovac n’a pas caché sa frustration. Si c’est comme ça qu’on commence la Coupe du Monde, nous ferions mieux de leur donner et de rentrer à la maison, a-t-il lâché. Nous parlons de respect. Ce n’est pas du respect, la Croatie n’en a pas eu. Si ça c’est un penalty, nous n’avons plus besoin de jouer au football. Jouons au basket à la place. C’est une honte !.

Dejan Lovren, auteur de la faute dans la surface a lui aussi déploré cette décision qualifiant le penalty d’imaginaire. La victoire du Brésil est contestable puisque les deuxième et troisième buts sont potentiellement entachés d’une erreur de jugement. L’arbitrage bien que aidé par la technologie sur la ligne de but risque de vivre une Coupe du Monde 2014 difficile.

Photo DR