Buzz
Partager sur

Rohff met à l’honneur un jeune rappeur trisomique sur Facebook

Rohff met à l’honneur un jeune rappeur trisomique sur Facebook
Partager
Partager sur Facebook

Un jeune fan de Rohff, atteint de trisomie, a publié une reprise de « Zlatana ». Le rappeur lui rend hommage sur Facebook et le remercie de son soutien

Rohff revient sur le devant de la scène.Le rappeur a publié une vidéo sur son compte Facebook et rend hommage à Farès, un jeune rappeur trisomique. Grosse dédicace à Monsieur Farès, tu nous supportes et ben nous aussi on te supporte sache le mon p’tit poto! Force à tous les enfants trisomiques, paraplégiques et malades, on arrive et pas les mains vides la famille! , a indiqué le rappeur.

Dans cette vidéo, le jeune rappeur reprend Zlatana de Rohff. Vêtu en Distinct, la marque de Rohff, le jeune homme se lance dans un freestyle. Probablement ému et flatté de ce soutien, Rohff a tenu à féliciter ce jeune fan en le mettant en avant sur sa page Facebook. L’occasion également de donner de la force à tous les enfants trisomiques, paraplégiques et malades.

Et ce n’est pas la première fois que Rohff met en avant des jeunes rappeurs. Depuis quelques temps, le rappeur originaire du 94 dévoile CPLS, Certifié Par La Street, dans lequel il met en avant plusieurs artistes.

Rohff : du nouveau dans l’affaire qui l’oppose à Booba

Rohff a fait la Une des médias cette semaine. Mis en examen pour violences volontaires et placé sous contrôle judiciaire, il a avoué avoir donné des coups au jeune vendeur de la boutique de Booba, lors d’une bagarre en avril dernier.

Oui, c’est vrai, j’ai mis des coups. Je ne vous ai pas dit la vérité parce que je ne veux pas que l’on croit que ce sont ces coups qui ont mis Papys (le surnom de la victime) dans cet état (…) Ce que vous voyez sur cette vidéo, on peut penser que c’est très violent, ce qui est vrai. Cependant, même si je lui donne des coups de poing et de pied, je ne l’ai jamais touché au visage, à part la gifle au départ , a indiqué Rohff aux enquêteurs, révèle Le Parisien.