fbpx
Buzz
Partager sur

Belgique : arrêté en pleine fellation dans le centre de Liège

Belgique : arrêté en pleine fellation dans le centre de Liège

Un belge de 43 ans a été arrêté à Liège alors qu'il se faisait faire une fellation en plein centre ville. Alertée par un chauffeur de bus, la police l'a vite interrompu et mis en garde à vue pour outrage

Il faut profiter des derniers beaux jours, cet été indien qui nous livre quelques dernières bribes de chaleur et de beau temps. Quoi de mieux pour profiter de cette atmosphère que de se faire pratiquer une fellation en plein centre ville ? C’est ce qu’a décidé un belge de 45 ans qui s’est vu octroyé une fellation à Liège, en plein jour, à une heure de passage et aux yeux de tous lundi aux alentours de 13 heures près de la gare de bus Léopold. Travailleurs, glandeurs, badauds, shoppeurs : tous ont assisté au spectacle exceptionnel de cette femme qui engloutissait le pénis d’un homme, comme s’il s’agissait d’une performance street artistique.

La police interrompt sa fellation et l’arrête pour outrage

Une performance qui n’a pas été au goût de tout le monde, notamment celui de la police puisque ce genre de pratiques relève de l’exhibitionnisme et de l’outrage. Les deux amants de plein air ont été arrêtés après qu’un chauffeur de bus ait été outré de les voir perpétrer la fellation devant les utilisateurs des transports. Il a appelé les forces de l’ordre qui sont arrivées pour interrompre le quadragénaire et l’arrêter. Il a été mis en garde à vu et était présenté ce matin devant le parquet de Liège pour outrage public aux bonnes mœurs.

La sexualité en plein air et à heure de grande écoute serait-elle en plein boom ou est-elle plus médiatisée ? En tout cas l’actualité de cette année nous en a servi plusieurs des « globefuckers » qui s’adonnaient à des rapports sexuels et autres fellations dans des lieux publics : comme cette homme qui lui aussi a eu le droit à une fellation en plein cœur de la gare de Bruxelles. Sans oublier la désormais célèbre sextape en pleine salle de cours.

Source : La Meuse