fbpx
Buzz
Partager sur

Le clash Booba/Rohff/La Fouine, la honte du rap français ?

Depuis l’entrée récente dans le clash (initialement lancé par Rohff/Booba) de La Fouine, et l’attaque par balles sur sa voiture, le simple buzz prend une toute autre ampleur. Il devient logique de le comparer au plus grand clash ayant fait grandir le rap US, celui entre Tupac Shakur et Notorious B.I.G, qui nous pousse à penser que le rap français est de moins en moins crédible

Tout a commencé par le premier extrait du dernier album de Booba, Futur. La chanson Wesh Morray ne site aucun nom, mais Rohff ne tarde pas à se sentir visé. Il réplique avec Wesh Zoulette. S’il reprend la même musique, les paroles retentissent comme un violent coup de feu. Le trône du Rap Game est remis en question. Chacun prend plaisir à prendre partie pour son clan. Les fans en redemandent. Le rappeur La fouine fait alors son entrée (fulgurante ?) dans ce clash, quitte à mettre Rohff sur le banc de touche. La deuxième partie de match est en route. Les rappeurs règlent leurs comptes par des insultes de plus en plus mesquines, et des accusations dont on ne comprend pas toujours la portée réelle. En bref, un conflit « rapesque » qui raisonne de plus en plus comme une blague plutôt qu’un clash à proprement parlé. Peut-on pour autant le comparer au célèbre clash mortel entre Tupac Shakur (2pac) et Notorious B.I.G ?

A l’instar de l’opposition 2pac/Biggie, La Fouine et Booba ont l’habitude se côtoyer

2pac et Biggie étaient, avant leur ultime clash qui les a tous deux conduits à la mort, de très bons amis. Ils ont même fait des chansons ensemble. Connu en premier, 2pac essayait même d’aider son ami en le laissant rapper au début de ses concerts. Mais quand Biggie s’est fait connaître il abandonna Tupac pour rejoindre Puff daddy et Bad Boy Record. La Fouine et Booba, eux, se font la guerre et pourtant, leur côté « East Coast » les réconcilie. En effet, pour un bain de soleil, ils se retrouvent au bord de la même piscine aux Etats Unis. (leur maison secondaire se situe dans le même immeuble à Miami). Coïncidence ? Probablement pas, puisque Booba invite même La Fouine au Zénith en 2011 en pour un feat sur Reste en chien. Quoi qu’il en soit, ils restent amis/ennemis pour la vie, et Booba ne tarde pas à se servir du casier judiciaire de La fouine, accusé d’agression sexuelle sur mineure, pour contre-attaquer. Un combat sans fin et un morceau qui fait sourire (mais pas que). Un clash qui s’assimile facilement, pour certains, à une parodie plus qu’à un violent conflit.

Depuis Autopsie 5 de La Fouine et leur TLT respectif, on ne sait plus trop. Rap, complot, promotion pour faire parler d’eux ? Si ça fait toujours sourire, la crédibilité du rap français en prend un coup… même s’ils veulent se la jouer à la ricaine.

Rap US/rap francais : on ne joue pas dans la même cour

Lorsqu’il s’agit de spectacle, les américains ont 15 ans d’avance sur nous. Le clash le plus marquant de l’histoire du rap opposait des rappeurs, morts très jeunes mais dont les albums continuent d’inspirer. Il s’agit de Tupac et Notorious B.I.G, décédés respectivement en 1996 et 1997. Il n’aura fallu à Notorious que deux albums pour marquer dans le bronze son génie dans les esprits du rap US. Toujours d’actualité, on pourrait parler de berceau du hip-hop. S’il fut l’un des clashs les plus médiatisés de l’histoire du rap, il fut aussi le plus dramatique, puisque les deux rappeurs se sont fait assassiner à six mois d’intervalle en 1996. Si l’origine n’a jamais été élucidée, il semblerait que leurs morts soit le résultat de guerres de gangs sans merci. Et bien que le rap soit avant tout un mode d’expression des milieux défavorisés, la violence en est toujours indissociable, qu’elle soit verbale ou physique. Bref, la banlieue parisienne fait presque pâle figure à côté et devient le haut parleur d’un rap qu’on a de plus en plus de mal à suivre… Depuis ses débuts en France avec des groupes comme NTM et IAM, la qualité du rap n’est-elle pas en déclin ?

Sophie Combot