fbpx
Buzz
Partager sur

Australie : les passagers d’une rame de métro s’unissent pour débloquer la jambe d’un passager

Australie : les passagers d’une rame de métro s’unissent pour débloquer la jambe d’un passager

Un australien a été témoin d'un formidable élan de solidarité : la jambe coincée entre le quai et une rame du métro, il a vu des dizaines de passagers se placer le long du métro et pousser pour soulever la rame

L’élan de solidarité du jour nous vient d’Australie : alors qu’il rentrait dans le métro, une homme a glissé et s’est retrouvé la jambe bloquée entre la rame et le quai. S’apercevant de l’infortune de cet homme, les employés de la station de métro ont immédiatement empêché le véhicule de repartir. Quelques minutes plus tard, une foule de passagers est venue en aide à l’homme. Comme on peut l’apercevoir sur les vidéo de surveillance, la foule s’est unie pour faire bouger en pencher la rame de métro, non sans mal, et ainsi permettre à la victime de s’extirper de cette situation difficile.

La foule unie comme un seul homme pour faire bouger le métro

Ce sont d’abord une dizaine d’employés de la station qui ont essayé en vain de sortir la jambe du maheureux. Ce n’est que grace à un très grand nombres de passants solidaire qu’ils sont parvenus à faire bouger la rame pensant plusieurs tonnes. Ils devait s’atteler à pousser tous d’un coup, comme un seul homme.

David Hynes, porte-parole de la société de transports TransPerth, s’est félicité de cet élan solidaire inédit : C’est la première fois que nous voyons cela. C’est un exemple concret d’entraide (…) et je crois qu’on peut parler de pouvoir des masses.

L’homme s’en est finalement sorti sain et sauf : une ambulance avait été appelée mais il n’est pas allé à l’hôpital car il ne souffrait pas de blessures graves. Il est ensuite parti sous les applaudissement.

On ne peut s’empêcher de penser à cette petite voix qui nous énerve de bon matin, que l’on s’amuse à singer parfois par énervement : attention à la marche en descendant du train. Eh bien voilà on sait pourquoi il faut faire attention.

Sources : ABC, Le Parisien