fbpx
Buzz
Partager sur

Coupe du Monde 2014 : Karim Benzema, l’arme fatale

Coupe du Monde 2014 : Karim Benzema, l’arme fatale
Partager sur Facebook

Dans ce quart de finale de la Coupe du Monde 2014, tous les regards seront rivés vers le trident offensif des Bleus, et particulièrement sur son avant-centre, Karim Benzema. Décryptage, à quelques heures du coup d'envoi

La meilleure défense, c’est l’attaque. L’adage est bien connu des amateurs de sport. Certains vous répondront que ce sont les défenses qui remportent les titres. La preuve en 1998, c’est l’arrière-garde de l’équipe de France qui avait brillé, en n’encaissant que deux buts, un de moins que la génération 2006. À noter, d’ailleurs, que c’est ce troisième but, inscrit par Materazzi en finale, qui empêche la France d’accrocher une deuxième étoile sur son blason. Pourtant, ce sont bien les attaquants qui devront se mettre en valeur ce soir, pour espérer progresser jusqu’en demie-finale, comme en 1958, 82, 86, 98 et 2006. Face à une défense allemande annoncée comme lourde et peu mobile, Karim Benzema devra prouver qu’il a bien l’étoffe d’un avant-centre de classe mondiale.

Inoxydable Benzema

Le natif de Lyon participe à sa première Coupe du Monde. Et ses statistiques sont pour l’instant à la hauteur de l’événement. Face au Honduras, c’est lui qui inscrit les deux buts du match, et provoque le troisième en forçant Valladares à marquer contre son camp. Face à la Suisse il marque encore, et aurait pu porter son total à quatre si l’arbitre avait attendu dix secondes de plus avant de dégainer son sifflet. Il fait partie des favoris pour le titre de meilleur buteur de la compétition, avec le Colombien James Rodriguez (5 buts), le Brésilien Neymar, l’Argentin Messi et l’Allemand Müller (4 buts). Et bénéficie de la confiance indéfectible de Didier Deschamps.

Une confiance que l’entraîneur ne lui a jamais retirée, malgré un passage à vide de un an, durant lequel il passe 1 222 minutes sans trouver le chemin des filets. Ce qui met en perspective ses deux derniers matches sans marquer, face à l’Équateur et au Nigéria. En l’absence de Frank Ribéry, l’attaquant formé à Lyon est le plus expérimenté de l’équipe, et son seul joueur de classe mondiale. Ce soir, ce sera à lui de faire la différence dans une défense allemande qui n’a pas montré la plus grande sérénité en huitièmes face à l’Algérie. Après Enyeama, il sera opposé à un autre super-grand gardien, Manuel Neuer, qu’il a déjà affronté en Ligue des Champions avec le Real. L’occasion de passer encore un niveau, et de rentrer dans l’histoire des grands attaquants des Bleus.