fbpx
Découvertes
Partager sur

WhatsApp: Attention à l’arnaque des billets gratuits aux parc d’attraction !

WhatsApp: Attention à l'arnaque des billets gratuits aux parc d'attraction !
Partager
Partager sur Facebook

Soyez vigilant avec les messages qui circulent sur WhatsApp certain peuvent être malveillant et cherche à vous nuire dans leur intérêt.

Ne vous laissez surtout pas avoir par cette arnaque qui sévit sur l’application WhatsApp. Car elle fait croire à des billets gratuits pour des parcs d’attraction mais réalité elle vole des données ! Les arnaques sévissent partout dans le monde et sur un grand nombre d’application. C’est donc à nous d’être le plus vigilant possible !

WhatsApp : Grosse arnaque !

Et non, les parcs d’attractions ne sont pas prêts d’offrir des places gratuites sur WhatsApp ! Les autorités ont donc publié un message d’avertissement sur leur compte twitter. Pour avertir au plus vite les usagers.

« Non, le Futuroscope n’offre pas 5 billets gratuits à 500 familles pour son anniversaire ! » ont publié les autorités ce 13 Janvier. Cybermalveillance.gouv.fr ont precisés que l’arnaque circulait sur l’application.

Et le tout en prenant pour cible les parcs : le Futuroscope, le Puy du Fou, Disneyland Paris ou encore Europa-Park. En faisait croire qu’ils offraient des entrées gratuites en lignes !

WhatsApp : Les parcs impuissants !

Les parcs d’attraction directement concernés poussent un coup de gueule : « Cette opération a pour seul but de se faire passer pour nous et de voler vos données personnelles »  explique la direction d’Europa-park au journal Le monde.

Ainsi, cette fausse campagne consiste à se faire passer pour une banque. Ou encore une administration ou toute autre entité officielle. Et malheureusement ces arnaques sont de plus en plus courante. Et le plus souvent ce sont les personnes âgées qui se font avoir !

Puis ensuite de récupérer les données des internautes, notamment grâces aux identifiants. Mais l’application WhatsApp est impuissante car ses données sont cryptées. Donc elle n’a aucun moyen de supprimer ces messages qui circulent très rapidement.

« Ne cliquez pas, ne relayez pas, ne donnez aucune info perso ou bancaire », recommande Cybermalveillance.gouv.fr. On espère que le nécessaire sera fait d’ici peu de temps avant que d’autres tombent dans le fameux piège.