fbpx
Découvertes
Partager sur

Vin: la France perd son statut de premier producteur mondial viticole

Vin: la France perd son statut de premier producteur mondial viticole

Si le vin est une religion en France, cette année, la production vient de passer au deuxième rang derrière l'Italie et devant l'Espagne.

Elle l’était, elle ne l’est plus… La France vient de perdre un titre qui faisait presque parti de la dignité nationale… En effet, la place de premier producteur de vin au monde revient cette année à l’Italie… Avec une hausse de la production évaluée à plus de 13%, le pays transalpin devient le numéro un viticole dans le monde. Si en 2014, la France lui avait repris son dû, cette année, les viticulteurs italiens ont mis la pâté à nos français. Avec une production qui a été évalué à 50,4 millions d’hectolitres pour la période 2015-2016, le pays à la botte dépasse de plus de 4 millions la France qui a vu sa production baisser de 1%…

Les conditions météorologiques ont fait baisser la production de vin

Bien évidemment, chauvin comme les français, il n’en existe pas deux… Alors pour expliquer cette perte, il faut prendre en compte le bouleversement climatique de la France. Et même si l’année 2015 s’annonce comme un grand cru, la période de sécheresse de cet été a fait chuter considérablement les rendements. Le Beaujolais a ainsi perdu 25% de ses récoltes, et la Bourgogne 11%… A l’inverse, les vignes italiennes n’ont pas subi de crises météorologiques fortes, ce qui a permis de réguler la production et de remonter le quota d’hectolitres pour l’année 2015.

L’Europe consomme 57% de la production mondiale de vin a elle seule

Dans ce classement, dont nous avons tout de même une belle deuxième place, l’Espagne s’offre la troisième marche du podium avec 42 millions d’hectolitres, ce qui ne permet pas aux Etats-Unis de monter sur le podium. Au total, L’Union Européenne va produire 170 millions d’hectolitres de vin cette année, ce qui représente environ 65% de la production mondiale selon les chiffres de la Commission européenne. Mais il faut savoir que les habitants de l’UE consomment quant à eux, près de 57% de la consommation mondiale.