fbpx
Découvertes
Partager sur

Surpoids: il progresse dangereusement chez les adolescents !

Surpoids: il progresse dangereusement chez les adolescents !
Partager
Partager sur Facebook

Le surpoids en France fait peur car les chiffres ne cessent d'augmenter. La dernière étude réalisée par la Drees est alarmante !

Le surpoids chez les adolescents reste un problème majeur dans pleins de pays. En effet, aux USA, de nombreux jeunes restent touchés. D’ailleurs l’ancienne Première Dame Michelle Obama en avait fait sa priorité avec sa campagne «Let’s Move!» («Bougeons!»). Elle avait même fait appel à des célébrités pour ce programme. Ainsi, Beyoncé a réalisé un clip sur le sujet et elle s’est rendue dans plusieurs collèges et lycées.

Néanmoins, les chiffres sur le surpoids inquiètent en France, car ils progressent chaque année. Il y’a plus de jeunes en surcharge pondérale qu’il y a dix ans. Une étude publiée par la Drees, agite la toile. En effet, 18,2 % des élèves de 3e sont en surcharge pondérale et (5,2 %) sont obèses. En 2001, on comptait que 15,8 % et 3,5 %. Les chiffres ont augmenté notamment chez les filles.

Surpoids : des différences sociales

Le surpoids reste un sujet sensible en France. Toutefois, la Dress met en avant ses conclusions. En effet, le facteur des inégalités sociales reste à prendre en compte. Tout d’abord, 24 % des enfants d’ouvriers sont en surcharge pondérale et 8 % sont obèses, contre 12 % et 3 % des enfants de cadres. En outre, plus de 10 % des élèves qui vont dans des collèges prioritaires, ont des troubles de la vision. C’est le double par rapport aux autres élèves scolarisés dans d’autres établissements.

« Ces disparités peuvent en partie s’expliquer par des habitudes de vie différenciées selon le milieu social. Les habitudes de vie bénéfiques à la santé sont plus souvent déclarées par les adolescents issus des milieux socialement favorisés : prise régulière d’un petit-déjeuner, pratique d’un sport, limitation du temps passé devant les écrans, recours au dentiste,» explique la Drees.

Cette étude risque de faire réagir les autorités qui semblent attendues au tournant pour régler ce problème qui touche de plus en plus de jeunes.

Et vous, que pensez-vous de cette étude ?