fbpx
Découvertes
Partager sur

Le stress aussi dangereux qu’un bon mcDo sur la santé et le poids !

Selon une nouvelle étude scientifique, le stress serait aussi dangereux que les fast-food, surtout pour la flore intestinale.

Si vous voulez prendre soin de votre flore intestinale, arrêtez les McDo mais arrêtez aussi d’avoir trop de stress !

Le stress et le fast-food : même combat

Le stress pourrait être aussi dangereux que le fast-food ! Surtout au niveau de la flore intestinale.

Le fast-food, on savait déjà qu’il n’était pas très bon pour la santé. En effet, manger trop gras ou trop sucré pouvait amener à l’obésité ou à d’autres problèmes de santé. Et apparemment, le stress ne serait pas meilleur pour votre corps. On vous voit déjà venir, à ne pas vouloir réviser pour votre prochain contrôle. Pourtant, la sortie Mcdo de demain midi, nous n’avez pas hésité à accepter.

En fait, le stress n’est pas dangereux en soit. Mais il peut l’être sur le microbiote intestinal.

Tout cela a été démontré dans une étude réalisée par des chercheurs aux Etats-Unis et en Chine, et publiée dans la revue spécialisée Scientific Reports. Selon eux, stress et fast-food auraient les mêmes effets sur les intestins. En effet, tous les deux sont susceptibles d’entrainer une modification sur la flore intestinale. Et cela pourrait favoriser plusieurs problèmes de santé telles que l’obésité, le dérèglement hormonal, ou même la constipation.

Une expérience avec des souris

L’expérience a été menée sur un groupe de souris âgées de 8 semaines environ. La moitié a eu un régime alimentaire type fast-food, tandis que l’autre moitié subissait un stress intense. Le tout sur une période égale. Ensuite, la flore intestinale des rongeurs a été analysée. Et sur les souris femelles en particulier, le stress entrainait la même modification qu’un régime alimentaire gras.

Et ces modifications dues au stress seraient plus présentes chez la femme que chez l’homme. Cela serait dû au fait que les femmes sont plus touchées que les hommes par la dépression et les troubles anxieux. Et en plus, ce sont souvent les femmes qui subissent les pressions de la charge des enfants et des tâches ménagères.