fbpx
Découvertes
Partager sur

Sondage Spécial « Fête des voisins »: 1 Français sur 5 est ami avec son voisin

Sondage Spécial « Fête des voisins »: 1 Français sur 5 est ami avec son voisin

Le voisinage joue un rôle important dans le choix d’un logement. AVendreALouer.fr, site de petites annonces immobilières, a interrogé les Français l’occasion de la fête des voisins qui aura lieu le 27 mai. Amitiés, histoires d’amour, espionnage, querelles ou petits services rendus… Retour sur les faits marquants qui font leur quotidien.

1 Français sur 5 est devenu ami avec son voisin

82% des Français déclarent a oir des rela ons cordiales a ec leur oisinage. t de oisin ami, il n’y a parfois qu’un pas qu’ont franchi 18% d’entre eux qui déclarent être ami avec leur voisin. Les Français font en effet preu e de beaucoup de bien eillance puisque 72% n’hésitent pas se rendre des services tels que la réception des colis, la surveillance des habitations lors des départs en vacances ou encore le prêt d’outils.

A noter que plus on avance dans l’âge, plus on est sociable avec ses oisins les ans et plus sont % déclarer entretenir des relations amicales avec leurs voisins contre 25% pour les moins de 35 ans. Plutôt mettre un chiffre inferieur à la moyenne nationale !

L’amour sur le pas de la porte ?

6% des personnes interrogées déclarent avoir déjà fantasmé sur leur voisin(e), 2% ont même eu une aventure, et on apprend également que 1% se sont mariés avec leur voisin(e) ! Alors, l’amour ne serait-il pas sur le pas de la porte ? Pas pour tout le monde mais a ec un peu de chance… n tout cas les habitants de Paris Intramuros semblent être ceux qui y croient le plus puisqu’ils sont 1 % a oir déjà fantasmé sur leur voisin(e).

Les Français, des voisins voyeurs ?

Qui sont nos voisins ? C’est la question que se posent 12% des Français qui reconnaissent les avoir déjà espionnés. Et les plus jeunes sont les plus curieux, puisque 19% des moins de 2 ans l’ont dé fait. Parfois, cette surveillance rapprochée n’est pas seulement motivée par la curiosité . 1 homme sur 10 déclare en effet avoir dé fantasmé sur son ou sa oisin(e). Et il arrive que ce soit réciproque puisque 1% des Français a épousé l’un de ses voisins.

Nuisances sonores, les Français sont tolérants dans 42% des cas

Les bruits émis par le oisinage peu ent de enir source de stress pour les Français. Près d’un Français sur dix déclare d’ailleurs a oir déménagé cause de ses oisins.

Lorsque qu’ils sont gênés, les bruits qui agacent le plus les Français sont le bruit des travaux (21%), les animaux de compagnie (19%), les fêtes/soirées (18%) et la musique souvent jugée trop forte (16%).

On est aussi serviable en province qu’en région parisienne

Métro, boulot, dodo ? Pas que ! Les Franciliens prennent aussi le temps de connaître leurs voisins. Et ils sont aussi oire plus ser iables qu’en pro ince. st-ce intéressé ? Les Franciliens sont aussi 2 fois plus nombreux à avoir eu une aventure amoureuse avec un voisin. Mais ils se disputent aussi da antage et 21% d’entre eux ont dé eu envie de déménager à cause de leur voisinage contre seulement 14% en province.

Dites-nous à quoi ressemblent vos voisins et nous vous dirons qui vous êtes…

Quel est le profil de vos voisins ? Le voisin amical arrive en première position (cité à 55%), ensuite on retrouve le voisin serviable (33%), suivi du voisin fantôme (21%). t lorsque l’on ous demande de vous définir en tant que voisin, pas de langue de bois, le classement est exactement le même (items cités respectivement à 53%, 39% et 23%).

Les « défauts » de nos voisins par région

Lorsque l’on interroge les Français sur leurs défauts et ceux de leurs voisins, les réponses changent selon leur région : plutôt bruyants en région parisienne, envahissants dans le Nord-Ouest, râleurs dans le Nord-Est, fêtards dans le Sud-Est et voyeurs dans le Sud-Ouest !

80% des Français ne comptent pas participer à la Fête des Voisins …

Lancée pour la première fois en 1999, la Fête des voisins également nommée « Immeubles en Fête » a pour but de se rencontrer de façon conviviale entre voisins afin de rompre l’isolement qui gagne alors de plus en plus les illes et de faire en sorte de créer un sentiment d’appartenance au quartier. Malgré ces bonnes intentions, l’é énement ne semble au ourd’hui pas faire d’émules puisque 80 % des Français ne compte pas y participer. Pour la moitié d’entre eux la raison est qu’ils ne sont pas intéressés et pour l’autre moitié, un manque d’information semble expliquer leur motivation : ils répondent en effet qu’ils y auraient participé avec plaisir mais qu’il n’y a rien d’organisé leur connaissance.

Etude quantitative réalisée auprès d’un échantillon de 1216 répondants âges de 18 ans et plus, représentatifs de la population française sur des critères de sexe, d’âge, de CSP, de région, et de taille d’agglomération. Date de terrain : avril 2015.