MCE est disponible sur
  • Orange 217
  • SFR 177
  • BBox 156
  • Free 237
  • Numericable 78
  • Darty Box 117
Découvertes
Partager sur

Sécurité Sociale: ce qui va changer pour les étudiants

Partage
Partager sur Facebook

La réforme de la sécurité sociale étudiante va apporter avec elle son lot de changements. On vous les explique !

La sécurité sociale étudiante est réformée ! Et cela va apporter de nombreux changements.

 

La réforme qui change tout

La réforme de la Sécurité Sociale étudiante a bien été mise en place. Ainsi, dès la rentrée 2018 les nouveaux étudiants seront rattachés au régime général de la Sécurité Sociale.

Pour ceux qui sont déjà étudiants, la réforme ne s’appliquera qu’à la rentrée 2019. Ce Plan étudiant avait été annoncé fin octobre par le gouvernement. Il faisait parti des promesses d’Emmanuel Macron. Mais cette réforme ne concernera pas les établissements privés non-conventionnés.

Pour le président de la FAGE, ce plan étudiant est un véritable « choc de simplification ».

Désormais, les étudiants seront affilés au régime de Sécurité Sociale de leurs parents. Avant, il fallait passer par les mutuelles telles que la SMEREP ou la LMDE. C’en est donc fini avec les démarches en début d’année pour choisir (difficilement) entre ces deux mutuelles.

La fin des remboursements sans fin

Avec cette réforme, on note aussi la suppression de la cotisation annuelle qui s’élevait à 217 euros. Désormais, il y aura une contribution, échelonnée par pallier.

Il faudra débourser 60 euros en licence, 120 euros en Master, et 150 euros pour les doctorants. Pourtant, auparavant les doctorants et les salariés étaient exonérés de cette cotisation. Ils doivent désormais la payer.

En revanche, les boursiers n’auront rien à débourser. Et pour les étudiants, de manière général, ils bénéficieront d’une hausse du pouvoir d’achat de 150 euros.

Enfin, le plus gros de cette réforme de la Sécurité Sociale étudiante concerne les remboursements. Entre médecin ou dentiste, cela durait toujours beaucoup trop longtemps.

Désormais, les délais seront raccourcis. Le rattachement devrait permettre un remboursement plus rapide !

 

Mais ce n’est pas pour autant la fin des mutuelles. Elles pourront continuer d’exister, pour permettre à ceux qui le veulent d’avoir des complémentaires santés.