fbpx
Découvertes
Partager sur

Santé: un tatouage permet de détecter le diabète !

La science et la santé n'attendent pas. Des scientifiques travaillent sur un tatouage permettant de détecter certaines maladies comme le diabète !

Le monde de la santé est fascinant. Le mois dernier, une chercheuse du MIT, aidée de scientifiques de l’université médicale d’Harvard travaille sur un prototype de tatouage réagissant à différentes maladies. Entre autres, ils veulent donner aux tatouages une fonction pratique, plus que celle symbolique qu’ils possèdent déjà actuellement. L’étude a commencé il y a déjà sept ans.

 

Un tatouage pour détecter le diabète ?

 

Tout l’intérêt de ce tatouage vient de l’encre utilisé. Selon Katia Vega, la fondatrice de la recherche :

« DermalAbyss présente une nouvelle approche des interfaces biologiques dans laquelle la surface du corps devient un écran interactif »

En effet, son encre est plus que spéciale. Elle ajoute dans la peau des capteurs biologiques qui vont réagir aux différents changements de statut de l’épiderme. Plus précisément, dans le liquide interstitiel. Un liquide présent entre les capillaires sanguins et les cellules.

Grâce à ces capteurs, les scientifiques et l’utilisateur du tatouage vont pouvoir récolter les données suivantes dans le corps. Comme les taux de PH, de sodium ou de glucose de l’individu. Les composés à l’intérieur vont réagir et changer de couleur selon une trop forte présence de l’un d’entre eux.

 

Un tatouage qui pourrait radicalement sauver des vies !

 

Parmi les utilisations logiques de ce tatouage, on pense notamment aux diabétiques. Ceux-ci sont constamment obligés de vérifier leur taux de glycémie, via des piqûres.

« nous avons la possibilité de remplacer une procédure douloureuse par un tatouage, dont la couleur change du rose au violet en fonction du niveau de glucose. De fait, l’utilisateur pourrait contrôler les changements et son besoin en insuline.« 

Pour l’instant, cette encre spéciale reste à l’état de test. Avant de tester sur des volontaires, les premières expériences se font sur des peaux de cochons. Car ces derniers possèdent un épiderme relativement semblable à celui de l’homme. Cependant se pose toujours la question de l’éthique. Katia Vega semble vouloir aller plus loin que l’épiderme de la peau.