fbpx
Découvertes
Partager sur

Santé: les hommes souffrent en fait plus que les femmes !

Santé: les hommes souffrent en fait plus que les femmes !

Une étude américaine a révélé que les hommes souffriraient plus que les femmes lorsqu’ils ont la grippe

Selon une récente étude américaine réalisée par les chercheurs de l’Université Johns-Hopkins à Baltimore, dans le Maryland, et publiée dans l’Amercan Journal of Physiology- Lung Cellular ans Molecular Physiology , les hommes nettement souffrent plus que les femmes quand ils ont la grippe. Un constat qui s’explique par plusieurs facteurs.

Grippe: les hommes souffrent plus!

Quand ils sont malade les hommes ne simulent pas! L’étude américaine a démontré que les hommes seraient plus touchés par la grippe que les femmes. En effet le corps de la femme, composé d’oestrogènes, serait efficace contre le virus de la grippe. Les oestrogènes est une hormone sexuelle présente chez la femme. Pour parvenir à ce résultat les chercheurs ont exposé des cellules nasales saines à des oestrogènes et à des modulateurs sélectifs des récepteurs aux œstrogènes mis ensuite en contact avec le virus de la grippe. L’étude a montré que le corps de la femmes étaient plus résistant que celui des hommes. Les oestrogènes auraient ainsi des propriétés antivirales sur la femme rapporte Metro News. Pour les chercheurs de l’Université Johns-Hopkins à Baltimore, dans le Maryland, ce résultat a été efficace dans la mesure ou les œstrogènes inoculés pendant l’étude auraient interagi avec des récepteurs situées dans les cellules nasales.

Les oestrogènes efficaces sur d’autres virus

« Cette étude est la première à identifier les récepteurs responsables de l’effet antiviral des œstrogènes, ce qui nous met sur la voie d’une compréhension des mécanismes instigateurs de cet effet antiviral ». L’étude publiée dans l’American Journal of Physiology Lung Cellular ans Molecular Physiology a aussi montré que l’hormone féminine serait aussi efficace contre les hépatites. « D’autres études ont montré que les œstrogènes ont des propriétés antivirales contre le VIH, Ebola et les hépatites. », explique un chercheur.