fbpx
Découvertes
Partager sur

Un mannequin prestigieux était en fait un SDF New-Yorkais

Un mannequin prestigieux était en fait un SDF New-Yorkais

Mark Reay n'est pas un homme comme les autres. Toujours bien habillé, passant pour un millionnaire, l'homme est en fait un SDF qui peine à joindre les deux bouts dans une ville New-Yorkaise pleine de paradoxes. Il raconte tout dans un documentaire saisissant.

Dans l’imagerie populaire, les SDF sont des personnes généralement sales, peu avantagées par leur situation, parfois saoules… Mais ce n’est pas toujours le cas. Mark Reay, un homme de 56 ans, est modèle, photographe et… SDF. Pendant six ans, il a vécu sur le toit d’un immeuble New-Yorkais. Alors que de nombreuses personnes imaginent le monde de la mode et du mannequinat rimer avec le luxe, cet homme a décidé de sortir de son silence pour en dévoiler la vraie facette. Il décide donc alors de réaliser un documentaire sur sa vie, son quotidien et ses galères baptisé Homme Less. Et même s’il se trimballe sans arrêt en costumes de luxe et serre la main des plus grands noms de la mode, il n’arrive pas à joindre les deux bouts dans une ville de New York très chère.

Mark reay toits

Une histoire qui en a bouleversé plus d’un

Maintenant âgé de 56 ans, Mark Reay a toujours essayé de paraître riche. Et sa situation, il s’en contentait, comme il le dit au New York Post: « Je n’invitais jamais personne à venir sur mon toit et les femmes étaient rares. Mais j’ai eu la vue la plus magnifique sur tout Midtown. C’est comme si je sentais le monde à mes pieds, je me libérais ». Son histoire a déjà passionné un écrivain, Wirthensohn, qui décrit cet homme comme « un millionnaire bien en place dans l’atmosphère de cette ville. Mais j’ai été choqué quand il a finalement révélé son histoire incroyable. » Dans une interview sur le journal américain, le mannequin explique que « de Août 2008 à Juillet 2014, mon seul refuge était une bâche ».

Un mannequin prestigieux était en fait un SDF New Yorkais

Beaux costumes et jolies chaussures mais pas de loyer

Dans son documentaire, Mark Reay y dépeint un aspect totalement paradoxal du monde de la mode. Paradant dans ses plus beaux costumes, dans les banquets et les fêtes mondaines, approchant les mannequins affublées de leurs robes toutes plus luxueuses les unes que les autres, Mark rentrait pourtant chez lui tous les soirs, sur un toit d’immeuble abandonné de la ville de New York. Et bien que ses contrats prestigieux avec Alexander Wang, Hood by Air ou encore avec le magazine Dazed lui ait rapporté des sommes considérables, il n’arrivait pas à poursuivre son train de vie, obligatoire pour son métier, et n’avait pas la possibilité de payer un loyer New-Yorkais.