fbpx
Découvertes
Partager sur

Job de rêve: être payé pour tester des sites internet bourré !

Job de rêve: être payé pour tester des sites internet bourré !
Partager
Partager sur Facebook

Pour tous les adeptes de bières et de divers alcools. Il existe un métier qui va vous plaire, tester des sites en étant bourré ça éxiste !

Il existe un grand nombre de métier, mais il semblerait que cela ne permette pas d’être bourré. Mais un métier le permet, celui de testeur de site internet en étant bourré. Oui oui c’est bizarre mais il y a une raison derrière tout ça. Un américain en a fait l’expérience et ça paie bien pour peu d’efforts.

Travailler en étant bourré

En effet, dans la liste des métier chelou, celui-là pourrait être le premier. Etre bourré ne nous permet normalement pas de travailler correctement. Mais pour ce job c’est justement ce qui apparaît comme primordiale.

On ne se lasse pas de découvrir de nouveaux métier. Le dernier en date c’est celui de « testeur de site internet ». Pas de n’importe quelle manière, Richard Littauer est Américain et il touche 437 euros pour tester des sites complètement ivre.

« Votre site web doit être si simple qu’une personne ivre doit pouvoir l’utiliser », explique le développeur. Ainsi cela nous éclaire sur la raison de ce métier. Il faut rendre l’utilisation d’un site la plus simple possible pour que même les plus réduit y arrivent.

Complétement bourré comment fait-il ?

Et bien on espère tout de même qu’il n’est pas bourré à mort lorsqu’il fait l’exercice. Car il faut pouvoir faire un compte rendu n’est-ce pas ?

Donc comme l’explique le magazine NEON : « Richard Littauer envoie ensuite un document au propriétaire du site, indiquant les choses à améliorer, accompagné d’une vidéo de lui visitant la page web. »

Toutefois, soyez sans peur, cette activité est encadrée. On ne peut pas boire autant et espérer s’en sortir sans séquelle. Mais Richard est vaillant et solide et surtout bien entouré :

« Des amis proches qui viendront fréquemment vérifier que ça ne devient pas problématique pour moi. Je ne le ferai qu’une ou deux fois par semaine, et limiterai le nombre de clients ». Nous voilà rassuré !