fbpx
Découvertes
Partager sur

Jeunes: L’abus d’Ibuprofène aurait des effets nocifs sur la fertilité des hommes !

Jeunes L’abus d’Ibuprofène aurait des effets nocifs sur la fertilité des hommes grande
Partager sur Facebook

Les hommes qui consomment de l’Ibuprofène en trop grande quantité pourraient rencontrer des problèmes de fertilité. C’est ce que démontre l’étude menée par des chercheurs de l’Inserm.

Selon les chercheurs de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), l’abus d’Ibuprofène pourrait provoquer des effets nocifs sur la fertilité masculine.

A prendre avec modération

Abuser des médicaments en tout genre n’est pas bon pour la santé. Et d’après une nouvelle étude, l’Ibuprofène n’échappe pas à la règle. En effet une étude a été menée par des chercheurs de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), l’abus d’Ibuprofène aurait des effets nocifs sur la fertilité masculine.

Ainsi, la prise soutenue de ce médicament notamment chez les hommes jeunes et sportifs entraine un déséquilibre hormonal rencontré habituellement chez les hommes les plus âgés. En effet, le médicament agit sur la production de testostérone et aussi sur deux autres hormones testiculaires.

L’ibuprofène freine votre fertilité

En fait, ce médicament est souvent consommé car il peut facilement âtre acheté sans ordonnance. Il est même l’un des plus consommé par la population. Il est en effet utilisé pour soigner les maux de têtes, de dents, mais aussi les états grippaux et la fièvre.

Mais selon les chercheurs de l’étude, cela n’est pas sans risque. Les sportifs sont de grands consommateurs d’Ibuprofène, notamment parce qu’ils sont poussés par la pression de leur entourage professionnel. En réalité, s’exposer à de trop fortes doses d’Ibuprofène ferait augmenté le niveau d’hormone hypophysaire. Or cette hormone joue un rôle majeur dans la production de testostérone.

L’étude démontre que la prise prolongée de ce médicament à des doses important entraine des effets perturbateurs endocriniens. Et ils mèneraient à un état appelé « hypogonadisme compensé ». Il s’agit d’un état qui touche en général 10% des hommes âgés, et qui s’associe à des risques accrus pour la santé reproductive, mais aussi pour la santé en générale.

 

Alors vous l’aurez compris, l’Ibuprofène OK, mais en prenant uniquement la dose recommandée.