fbpx
Découvertes
Partager sur

J’ai testé la Fury Room: pouvoir tout casser en toute impunité !

J’ai testé la Fury Room pouvoir tout casser en toute impunité grande

Vous n’y aurez peut-être jamais pensé mais pourtant ça existe ! il y a quelques mois, la première Fury Room de France a ouvert ses portes ? Le concept : casser, exploser, briser des objets de toutes sortes pour se défouler après une dure journée de travail !

« Ce concept de Fury Room existe déjà dans plusieurs pays d’Europe comme en Grèce, alors pourquoi pas en France ? » nous informe la co-gérante des lieux, Aurélie Bezard. Créée par 2 jeunes entrepreneurs en octobre 2017, ce défouloir parisien a beaucoup de succès depuis son ouverture. J’ai eu l’occasion de tester cette activité atypique et voici mon expérience.

Quelques explications sur la Fury Room

« J’espère que vous n’avez pas de pull en laine sur vous ? » me demande un client qui vient de sortir de la Fury Room. En effet cette activité demande beaucoup d’énergie, « quand les groupes de client sortent de la salle ils transpirent, et la première chose qu’il font en rentrant est de prendre une douche » nous explique la co-gérante.

Le principe de la Fury Room est simple : vous êtes dans une pièces avec plusieurs types d’objets en fonction de la formule choisit et vous vous défoulez à tout casser jusqu’à la dernière minute. Les formules vont de 10 à 125€ allant du simple pack de bouteille, à la reconstitution d’un bureau avec un écran d’ordinateur et clavier.

Pour ma part, j’ai testé la « Madhouse », à ma disposition : un ordinateur, un clavier, un magnétoscope, plusieurs bouteilles de champagne ainsi que de la vaisselle. C’est donc bien équipée et protégée que j’ai pris un grand plaisir à tout casser.

Fury Room: A recommander absolument !

La première chose est donc de choisir son arme, j’avais le choix entre une batte ou un pied de biche. Aurélie me rappelle les règles avant de commencer : mis à part quelques éléments du décor (et ses camarades) on peut absolument tout casser et de toutes les manières possibles. La co-gérante nous recommande d’ailleurs de faire un baseball avec les bouteilles de champagne.

J’ai d’abord commencé par casser les bouteilles avec la batte : c’est assez efficace. Puis, je me suis attaqué à la vaisselle avec le pied de biche (à ne surtout pas reproduire chez soi), un vrai bonheur !

A choisir, c’est donc le pied de biche que je préfère : explosif et bien plus amusant surtout sur l’écran d’ordinateur. Pour le reste, le plus amusant est de les lancer contre le mur !

J’ai vraiment passé un bon moment où je me suis bien amusée et défoulée. La co-gérante m’avait prévenu : « Quand les clients ressortent, ils sont plus détendus et ont le smile ! » Le concept a tellement de succès dans la capitale que les 2 fondateurs veulent ouvrir de nouvelles Fury Room dans d’autres villes en France comme par exemple à Bordeaux. Tous les citadins de France pourront bientôt se défouler sans limite !

Gaëlle D.