Découvertes
Partager sur

Ile-de-France: 2 jeunes sur 3 renoncent à un loisir à cause des transports en commun

Ile-de-France 2 jeunes sur 3 renoncent à un loisir à cause des transports en commun grande
Partage
Partager sur Facebook

Selon une nouvelle étude, en Ile-de-France, les jeunes sont de plus en plus nombreux à dénoncer la perte de temps passer dans les transports.

L’Ile-de-France a beau être la région la mieux desservie en transports en communs, cela ne suffit pas pour satisfaire la majorité des jeunes Franciliens.

Les jeunes en colère

Selon une nouvelle étude sur la mobilité en France, la majorité des jeunes Franciliens renoncent à une activité de loisir à cause des transports en commun. Ils sont lassés des difficultés liées à leur mobilité dans la région. La plupart dénoncent la perte de temps passé dans les transports, notamment pour passer de banlieue à Paris.

Pourtant, l’Ile-de-France est la région la mieux dotée de France en ce qui concerne les transports en communs. Mais cela ne suffit pas. Pour en arriver à ces chiffres, une étude a été menée en janvier 2017 par l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire. A cette occasion, ils ont interrogé plus de 4 500 jeunes de 18 à 30 ans de toute la France. Et il semblerait que pour la majorité d’entre eux, les transports en commun sont une source d’angoisse. Plusieurs problèmes sont même dénoncés, dont deux en particulier.

En effet, 20% des jeunes sondés dénoncent la perte de temps passé dans les transports en commun. Et pour 18%, ce qui pose problème, c’est le manque de fiabilité des horaires. Ils ont donc souvent peur de ne pas arriver à l’heure.

La peur du retard

Mais il semblerait même qu’il y ait un lien entre le manque de scolarité des jeunes et ce rapport aux transports en commun. En effet, selon cette étude, 26% des jeunes Francilien renoncent même à un travail, à cause des transports en commun. Ils ne peuvent pas s’assurer d’être à l’heure. Et 21% des jeunes admettent également avoir renoncé à une formation, toujours pour ces mêmes raisons.

Un rapport assez étonnant quand on sait que les Francilien sont les plus gâtés pour les transports en commun. Ils sont 90% à avoir accès aux transports, contre 75% des jeunes qui habitent dans d’autres régions de France.