fbpx
Découvertes
Partager sur

Harcèlement sexuel: les femmes sont davantage victimes dans les grandes villes

Selon une étude récente, les femmes sont davantage victimes de harcèlement sexuel lorsqu’elle vivent dans les grandes villes.

Les femmes qui vivent dans les grandes villes seraient davantage touchées par les violences et le harcèlement sexuel.

Un bilan alarmant

L’INED a publié ce jeudi 7 décembre les chiffres de son étude sur les violences commises dans l’espace public. Et dans les grandes villes, il semblerait que les femmes en soient davantage victimes. Depuis quelques semaines maintenant, le harcèlement sexuel est au cœur des débats. En France, il y a même un projet de délit « d’outrage sexiste » afin de pouvoir punir ce harcèlement de rue. Car de plus en plus de femmes se plaignent de drague lourde, d’insultes gratuites, et de gestes déplacés quotidiennement dans la rue.

Pour réaliser son étude démographique en 2015, l’INED a eu besoin de la participation de plus de 27 000 personnes. Et le résultat de cet étude est alarmant. Un quart des femmes révèle avoir été victime de violences sexuelles au cours de l’année passée. L’institut explique : « On estime à 3 millions le nombre de femmes âgées de 20 à 70 ans en France métropolitaine touchées par la drague importune chaque année. »

Et le plus surprenant, c’est que ce sont les femmes qui vivent dans les grandes villes qui en sont le plus victimes, notamment lorsqu’elles ont entre 20 et 24 ans. En Ile-de-France, 68% des femmes interrogées déclarent avoir sui une « drague importune ». Contre seulement 17% en zones rurales.

Les premières victimes sont les femmes

C’est une réalité, les femmes sont davantage concernées par le harcèlement sexuel que les hommes. Parmi les sondées, un quart a subit des actions déplacés de la part d’un homme. Dans 20% des cas il s’agissait de sifflements, dans 8% des cas c’étaient des insultes, et plus grave encore : dans 2% des cas il s’agissait de pelotage avec baiser non voulu. Les hommes sont donc nettement moins touchés, même si le chiffre reste élevé.

Ils sont 85 000 par an a subir une forme de violence sexuelle. Mais il semblerait qu’il ne prenne pas le problème de la même façon. Moins d’un homme sur 3 ayant subit une situation de harcèlement sexuel l’a jugé grave, contre 70% des femmes.