fbpx
Découvertes
Partager sur

Job: fumer diminue vos chances d’être embauché !

Partager
Partager sur Facebook

En plus de vous tuer vous, fumer tue également vos chances de vous faire embaucher dans une entreprise, selon une étude américaine.

Selon une étude américaine, les fumeurs ont plus de mal à se faire embaucher. Aussi, il semblerait qu’il gagne également moins bien leur vie que les non-fumeurs. Voici pourquoi fumer diminue vos chances de trouver du travail. MCE vous en dit plus.

Fumer vous empêche d’être payé comme les non-fumeurs

Des chercheurs de la faculté de médecine de Stanford en Californie  ont réalisé une étude sur les fumeurs. Aussi, selon cette étude, les personnes qui fument auraient plus de mal à se faire embaucher. Elles resteraient également plus longtemps au chômage. Pour ceux qui trouvent un travail malgré le fait qu’ils soient fumeurs. Les chercheurs américains affirment qu’ils gagnent moins que les personnes qui ne fument pas. Afin d’éclaircir le lien entre la cigarette et le chômage prolongé. Ces chercheurs ont alors interrogé 131 fumeurs au chômage. Puis, 120 autres personnes. Également au chômage, mais qui ne fumaient pas au début de cette étude. Ils les ont alors interrogés de nouveau six mois après. Puis un an après. Aussi, il semble que clair que fumer diminue les chances de trouver du travail.

Judith Prochaska, professeur adjointe de médecine à Stanforn a déclaré : « Nous avons constaté que les fumeurs avaient beaucoup plus de mal à trouver un emploi que les non-fumeurs ». Après un an d’enquête, seulement 27% des fumeurs avaient trouvé un job. Tandis que 56% des non-fumeurs avaient trouvé un emploi.

Fumer peut être un handicap

De plus, les fumeurs qui avaient trouvé un travail gagnaient moins que les non-fumeurs. En moyenne 5 dollars de moins. Le Dr Judith Prochaska souligne alors:

« On ne sait pas si les fumeurs ont plus de mal à trouver du travail. Ou s’ils courent un plus grand risque de perdre leur emploi. Ou si des non-fumeurs, qui perdent leur emploi deviennent stressés et commencent alors à fumer. » déclare-t-elle.

Les participants sélectionnés pour cette études avaient des profils très différents. Et après avoir gommé toutes les incertitudes que comprenait l’étude. Les personnes qui fument avaient tout de même un handicap important. Avec un taux d’emploi inférieur à 24%. Comparé aux non-fumeurs. Aussi, fumer reste un véritable handicap.