fbpx
Découvertes
Partager sur

France: bientôt des étés à 50 degrés à cause de la pollution ?

France: bientôt des étés à 50 degrés à cause de la pollution ?

Triste constat pour notre hexagone : il est fort possible que la température monte pour les étés prochains en France. La faute à la pollution.

Voici une nouvelle qui ne risque donc pas de plaire à ceux qui ne supportent pas la chaleur. En effet, les pics de pollution alarmants pourraient engendrer une hausse de température en France. Ce, pour les étés à venir. MCE TV vous dit tout de A à Z.

C’est chaud, ça brûle ! En effet, les estimations semblent plutôt aller en faveur d’une augmentation des températures lors des périodes de canicule.

Bien entendu, cela n’épargnera donc pas la France, bien au contraire. D’après les radars de Météo France, une hausse de plusieurs degrés est à prévoir.

C’est en tout cas l’un des scenarii envisagés par les experts, qui estiment que la pollution a tout déréglé. Comme quoi, le réchauffement climatique n’est pas du bullshit.

On risque donc de se retrouver avec des étés à 50°C… La barbe ! Dans moins de 80 ans, il est fort possible que l’on connaisse des étés à 50° avec des épisodes de canicule de 2 mois.

C’est à glacer le sang, enfin, à bouillir le sang en somme. Quoi qu’il en soit, ce rapport montre bien la « vulnérabilité de la France«  face à ce changement climatique imminent.

France: bientôt des étés à 50 degrés à cause de la pollution ?
France: bientôt des étés à 50 degrés à cause de la pollution ?

Le thermomètre risque de monter en flèche en France, et même au-delà…

La pollution dans l’air engendre donc bien des dégâts sur le climat. Et ce, à notre plus grand dam ainsi que tous ceux qui fuient la France dès que le soleil tape un peu trop.

Quoi qu’il en soit, le directeur adjoint de la climatologie de Météo France a été clair. « Dans les 2 ou 3 prochaines décennies, le futur est déjà écrit ».

Bien entendu, tout dépendra de nous et de notre action pour limiter les émissions de gaz à effet de serre. C’est d’ailleurs l’une des principales raisons de ce dérèglement climatique.

Il va donc falloir de l’huile de coude et surtout s’atteler à rectifier le tir. Auquel cas, dans 80 ans voire moins, on aura des canicules à près de 50°C.

Plutôt que de fondre comme neige au soleil, l’on ferait donc mieux de mettre la main à la pâte. On peut, à petite échelle, commencer à réduire notre empreinte carbone.

Bien entendu, les grands groupes devront eux aussi montrer l’exemple et faire un peu de greenwashing. Et du vrai, pas simplement se donner bonne conscience.

De notre côté, on peut limiter notre consommation de viande, nos déplacements en voiture et tutti quanti. D’autant que le réchauffement climatique a de réels effets à long et à court terme.

Dans l’un des scenarii catastrophe, on peut s’attendre à une baisse de pluie l’été et une hausse des pluies l’hiver. Résultat des courses, l’assèchement des terres et bien sûr, une hausse de la mortalité.

Notons aussi que la sécheresse a tendance à accroître les catastrophes naturelles. 2 mois de canicule par an, que ce soit en France ou ailleurs, on préfère éviter cela, n’est-ce pas ?