fbpx
Découvertes
Partager sur

La Fnac: la célèbre enseigne est accusée de racisme, découvrez pourquoi !

La Fnac: la célèbre enseigne est accusée de racisme, découvrez pourquoi !
Partager
Partager sur Facebook

La Fnac au coeur d'une polémique ! En effet, un acte de l'enseigne surprend... Racisme ou simple erreur ? Découvrez ce qu'il se passe !

Un député de Guyane fait une découverte intéressante. Il décide donc de la partager sur Twitter. En effet, il se rend compte que la Fnac classe les auteurs littéraires antillais et guyanais dans la catégorie « Romans étrangers ». Bien étrange… Et pour cause, l’homme décide donc d’interpeller l’enseigne. C’est donc une polémique de plus pour la Fnac. En effet, à son palmarès, s’ajoute donc une histoire de racisme. Véridique ou pas ? A vous de juger suite à votre lecture.

Ainsi, Gabriel Serville, député du Guyane pose une question : « Bonjour Fnac, merci de m’expliquer quel cheminement vous a amené à classer les auteurs Antillais et Guyanais dans « Roman étranger » ?

Une question qui reste donc sans réponse. En effet, après plusieurs relances, la marque ne dit rien. Elle semble pas branché réseaux sociaux quand il s’agit de rendre des comptes. Pourtant, elle finit par répondre. En effet, c’est donc sur bfmtv.com que la porte-parole défend la Fnac. En effet, elle dit « proposer le parcours le plus simple pour les clients ». Le rayonnage « Antilles » concerne l’ensemble des îles, et pas uniquement les Antilles françaises précise-t-elle. Le député n’en reste donc pas là. En effet, il réplique à nouveau.

La Fnac : un racisme « déguisé »

Si la Fnac finit donc par répondre sur bfmtv.com, les explications restes insuffisantes. En effet, ça ne réussit pas à convaincre Gabriel Serville. Ainsi, le député relance donc l’enseigne sur Twitter. Il dit alors : « Je lis ce matin votre réponse pour le moins hasardeuse à BFMTV. Cela ne m’explique toujours pas pourquoi vous considérez les auteurs (…) comme étrangers ? Merci de m’éclairer ». Il semble donc soutenir la thèse du racisme. En effet, ces pays font partis de la France. Ainsi, les auteurs devraient donc être dans la catégorie française.

La magie de Twitter opère donc enfin. Ainsi, la chaîne finit par reconnaître qu’il y a un soucis. En effet, elle dit : « Idéalement, la classification serait plus précise avec une sous catégorie ». Néanmoins, l’option rencontre un problème. En effet, certains magasins manquent de place. Ainsi, l’idée ne serait donc pas idéale pour les clients. En effet, ils seraient donc contraints de chercher la littérature antillaise à 2 endroits différents. Pas le top selon la Fnac.

Et vous, qu’en pensez-vous ? Racisme ou tactique de vente ?