Découvertes
Partager sur

Femme enceinte: L’utilisation prolongé du Smartphone double les risque de fausse couche !

femme enceinte l'utilisation prolongé du smartphone double les risques de fausse couche grande
Partager
Partager sur Facebook

Selon une nouvelle étude, l’utilisation du Smartphone par une femme enceinte pourrait multiplier par deux le risque de faire une fausse couche.

Les femmes enceintes qui utilisent trop leur Smartphone s’exposent à un fort risque de faire une fausse couche.

 

Le Smartphone vous met en danger

Selon une étude récente, les femmes enceintes auraient davantage de risque de faire une fausse couche lorsqu’elles sont trop exposées à leur Smartphone. Ce risque est même multiplié par deux. Selon les chercheurs californiens à l’origine de l’étude, cela viendrait du rayonnement non-ionisant de champs magnétiques émis par nos téléphones. Mais alors comment éviter de s’exposer à notre Smartphone dans une société où il est présent partout ?

Pour les femmes enceintes, de nombreuses consignes sont déjà à respecter, pour le bien-être du bébé qu’elle porte. Par exemple, elles ne doivent ni fumer ni boire. Mais laisser le Smartphone de côté pendant 9 mois paraît assez compliqué.

Pour mener cette étude, les chercheurs ont eu besoin de la participation de 913 femmes enceintes à différents stades de la grossesse. Ces femmes ont été équipées d’un EMDEX Lite, qui permet de mesurer l’exposition aux rayonnements de champs magnétiques pendant une journée entière. Et le résultat est surprenant.

Un risque pour les femmes enceintes

Les femmes qui présentaient un niveau élevé d’exposition aux radiations, avaient 48% de risques de fausse couche. Et parmi elle, 24% ont effectivement fait une fausse couche, contre 10% en ce qui concerne les femmes peu exposées au Smartphone.

Les radiations émises par le Smartphone amènent du stress au corps, qui pourrait même provoquer des dommages génétiques qui entraineraient une fausse couche.

En France, une femme sur 4 serait touchée par une fausse couche au cours de leur vie. Mais les chercheurs tiennent à rester prudents. Pour être certain des résultats, d’autres études devraient être menées sur le sujet.